Commentaires récents

[#72] Redonner une 2nde jeunesse à une DS ?

Temps de lecture : 4 minutes

Chers octolecteurs, ma petite marotte auquel de temps à autre je m’adonne – en tout bien, tout honneur – consiste à redonner une seconde vie à des consoles portables que je ne possède pas encore, et dont je fais l’acquisition dès que l’occasion se présente. Et là coup de bol : sur le Bon Coin, proche de chez moi, une Nintendo DS en boite (donc complète) et en assez bon état, finit par me taper dans l’œil et le portefeuille (40€ tout compris).

Ainsi, la petite dernière qui vient de faire son entrée dans ma collection de portables made in Nintendo, est la première Nintendo DS, DS tank pour les intimes. En effet, en 2005 je n’avais pas sauté le pas de l’achat, faute d’une console trop mastoc, je préférais plutôt la version Game Boy SP plus classe, avec son petit clapet tellement plus “adulte”. Pour cette nouvelle console, succédant à l’antique (et jolie) Game Boy et ses déclinaisons (Color, Advance, SP, Micro)  Nintendo avait fait le choix d’un modèle plus imposant, faute à des composants comme le nouvel écran tactile, au cœur de la machine et joli clin d’œil aux antiques Game Watch Dual Screen  (DS, vous l’avez ?). La pub d’époque lançait du lourd, autres temps, autres mœurs.

Toutefois, la console achetée portait les années d’utilisation de son ancienne propriétaire : boutons encrassés, peinture qui s’est écaillée (voire effacée), rayures sur les capots ou les écrans… il était donc nécessaire de lui faire un changement de capot, sans que cela me coûte un bras. Grâce à l’usine du monde et Ali Express, il me fut possible de mettre la main pour une somme dérisoire de quoi restaurer la belle : capot, écran tactile, et même les autocollants ! Tout cela pour une quinzaine d’euros port compris, fort les Chinois, fallait bien cela pour faire oublier le Covid.

Pour faire les changements :

  • prévoir 2h pour y aller tranquille,
  • pince plate d’électricien
  • tournevis cruciforme,
  • tournevis “trois pans” pour accéder à la carte mère/ écran tactile
  • protéger les deux écrans refermés – en y glissant une feuille de mousse -car on fait pas mal de pressions lors des manipulations

Une fois enlevées les vis, on arrive à la carte mère, mais le plus pénible reste bien les nappes. Prenez une pince plate d’électricien pour les décocher DÉLICATEMENT du clapet noir (pour détacher les plus grandes, et prendre vraiment son temps pour enlever les deux nappes plus petites). On enlève ensuite l’écran tactile du bas (le mien étant en super état je ne l’ai pas changé finalement). Une fois fait, on passe à l’écran du haut où se trouvent les haut-parleurs et le second écran non tactile.

Autre élément ardu : la nappe qui passe du socle du bas vers l’écran du haut, il faut bien prendre le temps de l’enlever, avec l’antenne WIFI, en la tirant vers le bas, ni trop vite, ni trop brutalement. Pour désolidariser les deux écrans, les gonds qui tiennent les deux écrans (image ci-dessous) ont un crénelage qui sert à les guider lors de leurs placements ou enlèvements.

La nappe qui relie les deux écrans

Les fameux “gonds” enlevés ici, mais on voit les crénelages qui guident leurs intrusions.

C’est cocasse de voir que le modèle reçu, destiné à changer la coque d’origine (ainsi que la batterie) copie l’original jusqu’aux autocollants. Un détail qui fera plaisir au collectionneur à ne pas en douter.

Le résultat est très satisfaisant : l’écran tactile fonctionne, de même que celui du haut, p’tain qu’elle est belle ! Et quoi de mieux pour tester avec l’un des meilleurs action-RPG “mystère” de la Super Nintendo, un grand jeu. Franchement, super content du résultat.

N’hésitez à partager vos expériences de bricolage retrogaming !

Note à toi lecteur : n’allez pas trop vite, car j’ai du redémontrer tout le bas car j’avais omis de fixer… un vis permettant de tenir fermer le capot de la batterie ! Damned !

Je vous mets deux petits vidéos qui m’ont bien servi pour voir comment enlever les nappes tranquillement

Laisser un commentaire

ante. id in adipiscing felis risus. ut sem, tempus
%d blogueurs aiment cette page :