info menu pour utilisateurs de Firefox

(défilement du menu via les flèches du clavier, bug de merde)

Commentaires récents

OctoTwittos

Nos podcasts

Octo’FM

[à voir] Star Wars 9 – no spoil – fin de partie ?

Temps de lecture : 4 minutes


Post garanti sans spoilers.

A chaque sortie Star Wars (à l’exception notable de Solo – A Star Wars Story) je me suis retrouvé en salle en day one avec mes garçons et ai toujours balancé ma critique à chaud sur le site, critique toujours hyper positive parce que je suis bon public : voir les posts sur episode 7, rogue one et episode 8. Ma critique ne sera peut-être pas aussi positive aujourd’hui. Pourquoi ? Est-ce que quelque chose à changé en moi ? Ou est-ce que quelque chose a changé en Star Wars ? Ou est-ce l’éloignement de ma famille suite à mon divorce qui a rendu les choses moins fun ? Ou bien ne serait-ce pas plutôt un mélange de tout ça qui m’inciterait à tourner la page ?

Bref. Je sors tout juste de l’épisode IX, que j’ai maté avec mon fils de 10 ans (le grand en ayant 19, il a désormais autre chose à f…), et je sens comme un arrière-goût d’inachevé, ou de déception. Même pas de nostalgie ou de sentiment quelconque de tristesse parce que tout ça est fini, entendons-nous bien. Pour tout dire, je n’ai même pas ressenti ce frisson au lancement du générique aux lettres jaunes défilantes. Pourquoi ? Parce qu’on SAIT que Disney va continuer les films d’une manière ou d’une autre. On le sait. C’est une évidence économique. Donc ça change tout aux attentes du spectateur. Il n’y a pas de côté fatidique à voir ce film.

Rien à voir, donc, avec les attentes frénétiques du début de La Revanche des Sith en 2006, qui nous amenait inexorablement à cette fin lugubre pour Anakin Skywalker, et qui ne laissait pas spécialement présager de suite. Pour Episode IX, je n’attendais tellement rien, à part une fin Disney où les gentils gagneraient. D’ailleurs, rien à voir non-plus avec la conclusion d’un Retour du Jedi en 1983, qui clôturait de façon très classique la première trilogie rondement sur elle-même, dans une grande célébration finale douce-amère où l’équilibre est restauré mais où Luke doit faire un deuil paradoxal du père qui lui apparaît sous forme de fantôme (on sent du coup qu’il n’a pas fini d’en baver) ! C’étaient les années 80 les amis. Ok boomer. Dans les salles c’étaient pas les mêmes types de films de SF qu’aujourd’hui.

Dans sa direction artistique et scénaristique, cet épisode IX offre un nouveau contrepoint à l’épisode VIII, qui tranchait déjà radicalement avec l’épisode VII, voire avec toute la saga Star Wars, ce qui n’était pas forcément pour déplaire. Ainsi, c’est le Retour du Abrams : le masque de Kylo Ren est restauré, on retrouve les ruines des anciens vaisseaux, ainsi que les vieilleries canoniques Star Wars remises en scènes avec brio, de beaux décors et de belles planètes… c’est cool, mais c’est un peu long pour imposer une guéguerre des égos de réalisateurs. 2h30, punaise ! Bon, j’avoue que j’ai pas trouvé le temps si long que ça, mais je tiens à dire que film a eu un peu les yeux plus gros que le ventre, et aurait pu gagner en efficacité niveau timing.

Je spoile pas, car tout le monde l’a vu dans les bandes annonces, mais la réintroduction de Palpatine manque décidément de cohérence. Seule l’histoire et le recul diront si ça fonctionne, si cette nouvelle approche de l’histoire familiale, de la mise en scène épique de la psychogénéalogie et du conflit entre les générations, tiendra dans le temps. Je me permets d’en douter, vue la virulence des critiques sur cette nouvelle trilogie, et la qualité artistique et narrative de nombreux films qui sortent de nos jours.

Pour les bons points : on retrouve avec plaisir les personnages habituels des deux opus précédents, qui évoluent de façon intéressante, et pour une fois Adam Driver est à peu près convaincant. Il y a des moments très émouvants et inattendus. Les effets spéciaux sont toujours top, les décors aussi, la musique tient la route, sauf peut-être lorsque le thème principal est repris en grande pompe à un moment donné, de façon un peu saugrenue. Bref, au niveau visuel et sonore, c’est du véritable space opera.

Pour les mauvais points : on regrette un peu que ce dernier opus ne s’appuie pas davantage sur les pistes lancées dans les films précédents – y compris la trilogie des années 2000 – et fasse tout reposer sur le seul empereur Palpatine pour boucler le projet Star Wars. La thématique liée à ce dernier n’est cependant pas dénuée d’intérêt et est à mettre en parallèle avec celle de Lord Voldemort dans Harry Potter (voir ici, en fin de post, pour analyse détaillée). Mais là où chez le célèbre sorcier cette thématique puise sa force dans sa récurrence (puisqu’à chaque film/livre, Voldemort apparaît pour tenter de tuer Harry) là ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Enfin, les défauts de mise en scène dus à la disparition prématurée de la regrettée Carrie Fisher feraient presque sortir le spectateur du film.

Alors voilà, il y a un petit côté saison finale de Game of Thrones : les showrunners sont fatigués, il faut finir, on plaque un boss final, on saupoudre de références à la pop-culture, et tant pis pour les intrigues secondaires ou les dessous métaphysique de la saga, un peu mis à mal. Bon, puisqu’on parle de métaphysique, c’est pas les midi-chloriens non-plus, vous pouvez être rassurés. Mais j’évoquais plus haut les films de SF des années 80, parmi lesquels le Retour du Jedi faisait forte impression par son traitement. De nos jours, face à l’Ascension de Skywalker, nous avons un tout autre type de film de SF, davantage métaphysique ou mindfuck, comme Interstellar pour ne citer que lui. C’est un peu ce que j’attendais, chaque fois, de ces nouveaux Star Wars, bien qu’on sente qu’il y ait un effort en ce sens et qu’on n’en soit jamais bien loin. Mais je ne fais que répéter ce que je disais déjà concernant Episode VII

Bref ! Faites-vous votre avis et on en reparle dans les commentaires.

5 commentaires
  1. octopaddaone
    23 Déc. 2019 à 09:34 -----> lui répondre

    Tu as parfaitement résumé la qualité (et quelques défauts) de ce film. Disons le tout de go : enfin, un film qui relève la dernière trilogie après un épisode 7 catastrophique et un 8 pas mal. Pour ma part, Abrahams a pris un coup de pied au derche par Rian Johnson, et a fait le bilan de ce qui n’avait pas marché dans le 7 (et fortement critiqué). D’ailleurs, je me demande si le 7 ne fut pas commandé et DIRIGÉ par Disney avec des directives de sa nouvelle licence : “coco tu prends les épisodes passés et tu fais pareil !”, d’où une certaine redondance (voire plagiat de l’épisode IV par exemple).

    Mais pour le IX, Abrahmas s’est émancipé et c’est tant mieux : j’ai passé un super moment, pas de temps morts, les clin d’œil ne sont pas lourdingues (celui du “cette fête se déroule tous les … 42 ans” en lien malin avec la durée de la série de 1977-2019) ou cette petite pique fameuse de JJ Abrahms à Rian Johnson : le sabre laser jeté dans le feu et attrapé in-extremis par… Mark Hamill qui rappelle “un sabre se respecte” ;). Mais il ne faut pas se focaliser sur ces aspects qui parleront davantage aux fans : c’est avant tout un moment de spectacle comme peut l’offrir un Space-Opéra que parents et gosses peuvent partager (car oui c’est un film pop-corn familial), et par ma part c’est la première fois avec ma tribu que l’on partage un Star Wars au cinéma. Mes filles ont adoré : habillées en Leila et Rey, elles furent scotchées à l’écran… l’ambiance était là !

    Finalement, quoi de mieux que de partager cette belle fin d’une série qui a portée notre enfance, car désormais bye, bye, Skywalker, Star Wars s’émancipe de son créateur et Disney a carte blanche pour faire évoluer (en bien comme en mal) la série. Toutefois, on peut regretter que Disney ait rejetté l’univers étendu si prolixe et finalement véritable colonne vertébrale du mythe… mais pas vendeur car trop dark. Heureusement que les livres sont (encore) là, et aussi Kotor.. tiens en solde à 2,89€ sur Steam. Allez j’y retourne.

  2. VR4Player
    23 Déc. 2019 à 17:45 -----> lui répondre

    Chaque génération à sa trilogie… J’ai grandi comme beaucoup en regardant en boucle la première trilogie… (Je me regardais ça en boucle tous les mercredis après-midi en VHS ! ) Mon fils de 12 ans est plutôt fan de la prélogie… Quand je voulais payer un chasseur de prime pour faire la peau à Jar Jar Binks, il me répondait qu’il l’adorait ! Bref… Tous les StarWars ne sont pas parfaits … aucun épisode ne l’est d’ailleurs ! Cet épisode 9 se prend une double critique, celle du film et celle de la postlogie…

    Concernant le film en lui-même, il est rapide, et il est vrai que l’on peut critiquer certains raccourcis non développés… mais au final, ce qui ne rentre pas dans un film de 2h20… aurait très bien pu être amené dans les épisodes précédents qui perdaient (à mon sens) trop de temps sur des broutilles ! Le premier acte (l’épisode VII) a la dure tâche de présenter les personnages, mais il aurait pu également nous servir un début d’intrigue différent de l’épisode IV. L’acte II perd encore plus de temps (à mon goût) en développant une aventure avec Finn et Rose qui finalement ne sert strictement à rien ! Ces 30 minutes gagnées auraient été précieuses pour introduire une intrigue soulageant un peu le scénario de l’épisode 9… (Bon l’humour à deux balles du Général Hux dans le 8, perso, je ne supporte pas ! J’ai d’ailleurs payé un chasseur de prime pour lui faire la peau, mais sans le dire à mon fils cette fois ! ^^ Non, mais allo quoi ! )

    Alors concernant cet épisode 9, j’y suis allé avec de très forts a priori… et même une énorme méfiance… préparé à sortir de la salle en me disant “Plus jamais je n’irai voir un StarWars de ma vie”… et curieusement… ça a été un vrai bonheur ! J’ai dévoré le film de bout en bout sans jamais me dire “Non, mais c’est quoi ça ? “… Je tournais juste ma tête de temps en temps pour regarder mes enfants : Scotchés sur l’écran à n’en perdre pas une miette ! À la sortie, ma fille était Rey et mon fils Kilo Ren. Je n’ai pas dit à mon fils (comme pour le 7) que son héros c’était Quiche Lorraine… J’ai aimé, il a aimé, ma fille a aimé ! Bref, ce StarWars a réussi à nous mettre d’accord et ça n’a pas de prix. On va pouvoir tous y retourner peut-être, cette fois, avec un œil plus critique, mais la magie a opéré une nouvelle fois…

    Mes regrets sont donc plus liés sur l’équilibre de cette nouvelle trilogie plutôt que sur cet épisode 9. J’en veux un peu à Disney pour cela, car j’estime qu’une production doit laisser les créateurs faire leur boulot sans imposer des choix qui feront plaisir à des investisseurs… Voilà comment on tue une licence forte !
    J’aurais préféré, avec le recul, avoir un Disney qui ne souhaite pas amortir immédiatement ses 4 milliards de dollars versés à Lucas, mais un Disney qui investit sur l’avenir et laisse 5 ans aux scénaristes pour nous pondre une trilogie parfaitement équilibrée et originale du début à la fin… J’espère qu’ils apprendront de leurs erreurs pour les prochains films …
    Faut-il pour autant cracher sur Disney, c’est un autre débat… mais Rogue One a su également me séduire et me faire vibrer comme a pu le faire cet épisode 9…

    Peut-être aurait-il (Disney) du garder un œil extérieur comme celui de Lucas dans l’écriture, sans forcément boire ses paroles, mais juste pour s’en servir d’indicateur pour voir si Disney ne fait pas fausse route… Lucas avait déjà fait l’erreur de Jar Jar Binks, il ne l’aurait par exemple pas laissé passer une seconde fois pour le Génreral Hux …

    Bref ! Allez le voir et faites-vous votre propre avis… je ne connais pas beaucoup de sagas capables de générer à la fois tant d’amour, de haine, de commentaires en tous genres … chacun a son StarWars dans la tête et ne bougera pas d’un Iota sur sa position ! 😀 Quelle aurait été la vision de Johnson si il avait fait les 3 films ? Idem pour JJ Abrams ? Était-ce une bonne idée de mettre en concurrence trois réalisateurs (dont un a quitté le navire) pour réaliser trois films d’une même trilogie ?

    J’arrête là, car je pourrais en parler durant des heures !
    Bises à tous ! ^^

  3. octopaddaone
    24 Déc. 2019 à 00:09 -----> lui répondre

    Trois mots : DANS MES BRAS. Tu as tout résumé (et comme on l’a vu ensemble !). Exactement. N’en déplaisent aux trolls.

  4. hujyo
    31 Déc. 2019 à 19:10 -----> lui répondre

    Ah les gars, les gars, vous êtes pathétique … Pourquoi vous prendre le chou a trouver des qualités à un film bête comme tout … la passion …… punaise si seulement elle pouvait vous ouvrir les yeux …

    1. octopaddaone
      1 Jan. 2020 à 19:07 -----> lui répondre

      hahaha, tu veux que l’on parle de l’Apple fan 😉

Laissez votre avis

id quis efficitur. in facilisis justo venenatis, nec mi, id,
%d blogueurs aiment cette page :