info menu pour utilisateurs de Firefox

(défilement du menu via les flèches du clavier, bug de merde)

Commentaires récents

OctoTwittos

Nos podcasts

Octo’FM

[Live in Japan #5] Rester Zen au Nord-Ouest de Kyoto

Temps de lecture : 3 minutes


Kyoto, c’est très vaste, les les distances d’un lieu clé à l’autre sont grandes. Il faut donc procéder par quartier : aujourd’hui ce sera le nord-ouest. Question transports, Kyoto demande de faire un mélange habile entre métro, lignes JR, tramway et surtout bus. Tout ça est très bien foutu et abordable, ultra moderne et doublé en anglais. Le vélo semble être une option sympa pour se promener sauf que… hé bien sauf que pour mon premier jour, il a plu, putain encore !

Bon, ça n’a pas été la tempête de Tokyo du premier jour, et surtout ça n’a pas empêché la masse de touristes de débouler (forcément, un dimanche, tu t’attendais à quoi ?). J’ai quand même profité de la matinée et d’une partie de l’après-midi.

Kinaku-ji, le pavillon d’or, et Ryoan-ji, le jardin zen

Un copain m’a fait la comparaison un peu osée entre le Kinaku-ji, ce haut lieu du Japon avec les pyramides du Caire. Certes, c’est beau et ça fait rêver mais ça a quand même un peu moins de gueule que les pyramides, et surtout on est dix fois plus comprimés et effervescents sur un petit chemin balisé pas très large qui tourne autour du temple – sans avoir la possibilité de le voir de près, encore moins d’y pénétrer (j’imagine le carnage que ce serait). J’ai eu beau y être dès l’ouverture, c’était déjà des dizaines d’autobus qui dégueulaient leurs groupes de cacochymes de classe internationale. Et ça épuise, en plus de faire chier. Ils devraient vraiment faire l’effort d’ouvrir à l’aube.

Après une vingtaine de minutes de marche au bord de la colline, vous arrivez au Ryoan-ji, je fameux jardin zen sec où se trouvent je-ne-sais plus combien de grosses caillasses sur du gravier. Blague à part, c’est très beau (c’est là que la pluie a commencé à tomber) mais avec tous les touristes ça n’a décidément plus rien de zen. Je suis resté assis une demi-heure à regarder le jardin, et il était impossible de capter l’esprit du lieu. Par contre, je me suis délecté des commentaires déçus des touristes, qui étaient venu chercher la sophistication et le plein-la-vue habituels, et qui y allaient bon train pendant les deux ou trois pauvres minutes qu’ils accordaient les uns après les autres à ce lieu : “j’imaginais pas comme ça” ou “il doit y avoir un sens caché” ou “ils auraient dû mettre au moins un arbre” ou bien “je pourrai(s) en faire un à la maison” et j’en passe. Hop, une photo pour dire “j’y étais” et ça repart. Ils ont pu se réconforter avec le reste du jardin, plus typique (et gratuit, mais il faut le savoir). Epuisants je vous dit.

Une vue quelconque de la partie fleurie, gratuite, et plus classique du Ryoan-ji.

Les petites rues de Kyoto

Et là, bim : je rejoins Hyujo, qui est tombé amoureux du Japon en commençant par les petites rues quelconques. Et ça, Kyoto en regorge, de ces petites rues qui vous font tressaillir. J’ai mitraillé des dizaines de façades de maisons alors que je marchais en direction de la gare de tram de Ryoan-ji pour rejoindre Arashiyama (pas cher du tout, le tram : prix fixe quel que soit le trajet, correspondance à Katabiranotsuji incluse). Les gens m’ont sans doute pris pour un agent immobilier.

Arashiyama

Un quartier emblématique de Kyoto, qui donne sur la colline est de la ville. J’y suis allé pour la célèbre bamboo forest, mais j’ai quand même traversé le fameux pont sur la rivière Katsura (en fait je m’étais gouré). Là encore, beaucoup trop de monde, et vas-y que je te fais des selfies en plein milieu. En revanche, le parc des singes, très peu pour moi. Je suis finalement rentré assez tôt via la gare JR, pour aller m’empiffrer de pâtisseries japonaises, de thé et de ramen.

L’entrée vers la bamboo forest, qu’on voit au dessus des parapluies, à côté des fils électriques bien pourris. Comme promis, no spoil et pas de heritage porn – bon sauf sur la vignette du post, j’ai fait un peu de putaclic.

Je suis rentré à la gare centrale : j’avais mon logement dans ce quartier, à une bonne vingtaine de minutes à pied. Sur les conseils de Hyujo, je vous conseille également de vous loger pas très loin de la gare de Kyoto : idéal pour rayonner autour de la ville avec son JR-pass et pour choper tous les bus pour visiter Kyoto elle-même. Je vais rester 5 nuits au total à Kyoto, c’est donc le lieu où je resterai le plus. Autant en profiter…

Et justement, la prochaine étape, c’est Miyajima (on fait un peu plus que rayonner, là) !

Pour revenir sur mon escale très spéciale à Tokyo, c’est ici.

4 commentaires
  1. Hujyo
    22 Avr. 2019 à 17:05 -----> lui répondre

    Malheureusement, avril est la période la plus touristique au Japon. La faute aux cerisiers en fleur que tout le monde veut voir. Et comme je te comprend sur les touristes à la con qui veulent que du “amazing” …. Sinon j’espère que tu pourras aller te balader le soir dans le quartier de GION. A la nuit tombée, le quartier est magique, avec son éclairage si caractéristique.
    Et puis la chasse à la Geisha c’est super drôle est bravo si t’arrives à en prendre une en photo.
    Pour te rendre justice et profiter de l’ambiance ZEN d’un temple bouddhiste, Je ne sais pas si je t’ai parlé ou pas, mais essaie donc d’aller voir le Kennin Ji temple, le plus vieux temple ZEN de Kyoto. Il est dans le quartier de GION, très peu visité, et inconnu des touristes. Ilm est notamment surnommé le temple au deux dragons. Un incontournable. Et dans celui ci tu pourras de recueillir sans problèmes.

    voila pour toi : https://www.kanpai.fr/kyoto/kennin-ji

    1. Lamyfritz
      24 Avr. 2019 à 10:31 -----> lui répondre

      Mince je suis complètement passé à côté ! Un prochain voyage s’avère indispensable. J’y pense déjà…!

  2. Melkiok
    23 Avr. 2019 à 09:21 -----> lui répondre

    “cacochymes”
    Cette foule exacerbée aura au moins eu le mérite de te faire placer ce mot de vocabulaire pas piquer des vers Mr Capello 😉
    Sinon tu rapportes quand mm pas mal de ton voyage la marée de touristes et autres locaux qui ont pu te chagriner du coup cette période Sakura Blossom ne me semble pas la plus propice. Fin Mai nous étions royalement touriste free !

    “qui est tombé amoureux du Japon en commençant par les petites rues quelconques. Et ça, Kyoto en regorge”
    Certains quartier de Tokyo permettent d’avoir ce genre d’expérience mais c’est vrai que Kyoto est top la dessus, nous avions même pesté du fait de ne pas trouver de resto pendant 2 bons KM ahah

    Je rejoins Hujyo sur le quartier de GION qui possède un cachet et une authenticité qui sera résonné chez toi mon cher Lamyfritz
    Presque des êtres irréels que ces Geisha nous renvoyant à une époque quasi révolue mais dont peu de spécimen si je puis dire sont encore en activité. Leur visions vous marque durablement, note toi ça pour ton second passage au japon 😉

    HS => Tu n’as pas essayé de démarché pour faire distribuer ton Kigetsu 😉 ?

    MAIS que vois-je tu as été bien conseillé car tu as pu aller sur l’ile de Miyajima ! Une de mes meilleures étapes japonaises ! Vite allons lire ça

  3. Lamyfritz
    24 Avr. 2019 à 10:28 -----> lui répondre

    Kigetsu ! J’y ai pensé tout au long du voyage mais plus la place dans la valise. Peut-être que la Japan Expo serait plus propice ? Par contre j’ai eu de super idées pour faire un peu évoluer le jeu, notamment les cartes. Comme tu connais le jeu : les cartes spéciales “animaux” seront moins nombreuses (4 au lieu de 12 actuellement) mais elles seront un peu plus puissantes, et certains shintaï vont changer de fonction, en prenant le rôle des cartes spéciales “animaux”, affichant une lune plutôt qu’un symbole, mais tout en gardant leur couleur. C’est tout pour la théorie.

    Je n’ai pas vu de Geishas malheureusement. Gion by night était animé mais sans plus car je ne savais pas du tout où aller et que j’ai fait tout le retour à pied jusqu’à chez moi, vers la gare (une bonne partie du trajet était peu intéressant, notamment au bord du fleuve).
    Les sakura blossom ça reste beau et ça m’a vraiment marqué au plus profond – prise de conscience que la vie est courte – banalités ? Oui sans doute, mais c’est une façon de le ressentir jusque dans la chair. Ce voyage m’a profondément changé et a déclenché une crise de la quarantaine exacerbée à l’avance.

Laissez votre avis

quis, Curabitur pulvinar id Phasellus leo. libero sem, diam
%d blogueurs aiment cette page :