info menu pour utilisateurs de Firefox

(défilement du menu via les flèches du clavier, bug de merde)

Commentaires récents

OctoTwittos

Nos podcasts

Octo’FM

[Live in Japan #1] Lamyfritz part au Japon

Temps de lecture : 8 minutes


Salut Octolecteurs ! Lamyfritz est parti au Japon sur un coup de tête (résa des billets il y a 1 mois et demi), pour voyager à la routarde – comme quoi tout arrive – vol sec et un peu de booking et airbnb par-ci par-là et c’est parti pour la destination ultime de tout papagamer qui se respecte. Tour opérators et circuits organisés ? Autant m’euthanasier tout de suite. Je veux de l’aventure, de la vraie. Et tant pis s’il faut courir.

Mon petit doigt m’a dit de partir au Japon avant cette échéance…

Par ces quelques chapitres, je vous donne un retour d’expérience en live au fur et à mesure de mon périple, agrémenté de quelques anecdotes et conseils. Je vous rassure, je vais me concentrer sur l’essentiel pour éviter de vous spoiler ce magnifique pays : y’en a décidément marre de ces sites où, dès qu’on cherche l’horaire d’ouverture d’un temple, ils te balancent vingt-cinq photos, trois vidéos et douze mille recommandations (en fait, tout sauf l’info que tu étais venue chercher), du coup tu te demandes : « à quoi bon y aller ? »

Mais en fait, quoi qu’on vous balance, c’est quand même mille fois mieux d’y être allé en vrai. La génération « street view » et « instagram » elle peut aller se faire voir. Je mettrai le moins de photos possibles. Vivez vos expériences dans la vraie vie plutôt que de faire ce dont les autres attendent ce que vous fassiez, et allez jusqu’au bout de vos rêves. Voilà : maintenant, vous pouvez changer de site et reprendre une activité normale. Allez, sans déconner, je propose ici un nouvel angle d’attaque d’un sujet mille fois ressassé. Aujourd’hui, parlons du budget et des valises, sans oublier la tenue (parce qu’il y a peu d’infos sur ça mine de rien).

Mot d’ordre : être mobile, voyager léger

Je suis pour investir un minimum avant le départ pour avoir davantage de quoi faire sur place. Vous n’imaginez pas le nombre de compatriotes suréquipés que l’on voit – il y en a même qui se trimballent des multiprises : pourquoi pas un dérouleur de câble pendant qu’on y est ? Bon après je veux bien qu’il y ait des fans de photo comme le père Hyujo (que je remercie ici au passage pour m’avoir aidé à préparer ce voyage, bordel ce type est un véritable expert sur le Japon), mais un voyage n’est pas un défilé de mode ou un salon/concours de jouets high-tech. Bref, quitte à chier velu sur le culte des apparences, j’ai pris un simple sac à dos : confortable, mais somme toute peu spacieux (40L) et donc très léger. Je ne m’emmerde pas avec un bagage en soute (seulement au retour, pour ramener des conneries) et je m’oblige à choisir le minimum vital… et à mon avis j’en ai même déjà trop pris.

Les fringues.

Pour partir début avril (qui est la saison idéale à cause de la floraison des sakura), prévoir de préférence un manteau mi-long, suffisamment épais pour résister au froid, mais assez compact pour ne pas être encombré avec. J’ai pris une simple veste courte et j’en ai un peu chié, surtout les jours de pluie accompagnés de vent. Aussi, K-way de rigueur – parapluie à dénicher sur place si besoin, des guesthouses en prêtent et ça coûte que dalle. Niveau chaussures, j’ai pris mes bonnes bottes de witcher : confortables, solides, faciles à mettre et à enlever pour vivre à la japonaise. Aucun regret, si ce n’est de ne pas avoir pris une petite paire de gants en laine en sus. Questions pull-overs, plutôt qu’un seul gros épais qui prend de la place, autant en prévoir deux fins et si besoin accumuler les épaisseurs – il y a encore de la neige à Nikko en cette saison. Et pour finir des sous-vêtements pour 4 à 5 jours : la plupart des guesthouses ont un service de lessive gratuit ou très peu cher : renseignez-vous au cas par cas, ça peut aider à faire un bagage optimal.

Le sac à dos.

On évitera la valise à roulettes si on veut faire son grand tour – en français dans le texte – à peu de frais. Oui, je sais il y a bien ces services de livraison de bagage de ville en ville ultra efficace et ultra japonais, mais putain, non quoi, essayez de vivre un peu par vous-mêmes, on vous l’a déjà dit. Bref. Niveau place, prévoyez un (ou deux) packing-cube – ou « organiseur de bagage » comme on dit au Québec – pour vos fringues. Ajoutez une serviette en microfibre, une trousse de toilette facilement accessible et un sac à dos de merde (2 euros 50 chez Action ou Gi-fi) aplatissable à la façon d’une enveloppe, qui sera utiles seulement dans l’avion à l’allée et au retour, éventuellement lors d’une excursion à la journée : perso je ne prends jamais rien avec moi en dehors de mon portefeuille et du téléphone (qui ne me sert qu’à photographier et à envoyer les photos à mes enfants sur Whatsapp), le Japon est un pays où l’on peut se permettre d’y aller les mains dans les poches tellement se ravitailler est facile. Enfin, j’ai commandé deux adaptateurs pour 5€ sur Amazon avant le départ, à mettre dans une poche facile d’accès avec les écouteurs et un bon bouquin.

Ma lecture pour ce voyage, un bouquin passionnant

J’ai apporté mon ordinateur pour faire cet article, mais surtout parce que je n’aime pas me servir de mon smartphone pour aller sur le net et du coup passer ma vie dessus à tout endroit et à tout moment de la sainte journée. Autrement, je pense que pour la plupart de nos lecteurs, ce dernier suffira largement pour garder contact avec la famille et choper des infos de base par-ci par-là. Le net sert principalement à anticiper les trajets sur hyperdia, vérifier la météo (fiable 48h à l’avance, mais guère plus), répondre aux mails, rédiger ces posts et éventuellement mater quelques films dans les trains. Bref, rien qu’un bon smartphone ne peut pas faire. Il y a du wi-fi dans toutes les guesthouses et hébergements, aussi dans le métro de Tokyo et la plupart des trains. Ah oui, si vous trouvez que voir tout le monde scotché à son téléphone est navrant, le Japon va bien vous navrer, car c’est exacerbé. Le seul que j’ai vu à jouer à la Switch (j’ai pensé aux copains) était un Occidental (!) dans ma guesthouse. C’était la free drink night permettant aux gens de l’auberge de socialiser et de se rencontrer. Un autre gars était sur sa tablette. Une autre sur son téléphone. Je leur ai dit ma façon de penser et j’ai pris congé (je me suis encore fait des potes). On se refait pas. Mais franchement, je ne sais pas pourquoi, je n’y arrive pas avec cet état d’esprit, et ce n’est pas une question d’âge, vous le voyez bien dans les rues.

Le budget.

Ce qui m’aura coûté le plus cher dans ce voyage ? Sans aucun doute mon divorce. Sans rire, il était hors de question de partir en famille sur ce coup-là. J’en ai croisé sur ma route, des jolies petites familles, et ils sont à des années-lumière de ma façon de voyager, et surtout bourrées de pognon. J’ai mis de côté pendant dix ans pour réaliser ce voyage, donc tout ça me dépasse et je ne me l’explique pas.

Le budget est certes élevé pour y aller, mais moins cher qu’en France une fois que l’on est sur place. La stratégie est d’échelonner : commencer par le passeport 3 mois avant (environ 80€), acheter les billets 2 mois avant (environ 750€, c’est ce qui fait le plus mal), puis réserver les logements dans la foulée. Pour 10 nuits j’arrive à 600€ de logement en tout pour des chambres privées (j’y tenais), souvent des chambres doubles d’ailleurs, et avec une nuit en ryokan en pension complète avec onsen (j’y tenais aussi), mais vous pouvez tout à fait dormir en dortoir ou en capsule hôtel pour une dizaine d’euros par nuit voire moins. Enfin, il faut terminer par le JR pass (230€ pour 7 jours) deux semaines avant.

Mon 1er ramen, le 1er soir

Pour l’argent sur place, j’ai emmené 500€, que j’ai changés à l’aéroport en arrivant, ce qui est très bien au niveau des taux (n’allez pas commander des yens sur les avis des uns et des autres, c’est s’emmerder). Pour être sûr : un coup de fil à la banque une semaine avant le départ… ils m’ont filé une option avec 2 retraits et 8 paiements sans frais avec CB, mais je n’ai pas l’intention de m’en servir (edit : sauf pour le shopping les derniers jours, évidemment) car la vie n’est pas aussi chère qu’en France ici – repas, métros, trains régionaux, sites touristiques, on est dans le 50% moins cher en moyenne selon moi. Niveau bouffe, penser à la France me fait même honte : ici, les prix sont très bas pour de la nourriture de bonne qualité, préparée devant vous par des vraies gens. Pour 1000 yens (8€) on mange très bien et n’importe où au Japon, même dans un théâtre ou un musée chic. Imaginez ce que vous auriez pour 8€ dans le restaurant d’un grand musée parisien… l’emballage d’un mauvais sandwich ? Allez savoir. Mais bref, là le Japon fait très fort.

Sur ce on finit sur quelques photos : je suis arrivé en toute fin d’après-midi. Le Japon ne change pas d’heure, donc le soir tombe très vite et le jour se lève à 5h du mat’. C’est ce qui nous attend bientôt, on va pouvoir être bien productifs !

À bientôt, pour mes premiers jours à Tokyo.

 

Quartier Asakusa, juste à côté de la guesthouse, face à une supérette. Le choc, la stupeur, dès le premier soir.

4 commentaires
  1. Melkiok
    15 Avr. 2019 à 14:33 -----> lui répondre

    Eh bien mon cher Lamyfritz quel plaisir tu me fais la
    Cela va me permettre de me replonger dans mon voyage enchanteur que j’avais pu faire en 2017
    As-tu déja planifié plus ou moins les grandes étapes ?
    Il va falloir nous abreuver de cliché à foison
    J’adore ces petits posts feuilletonant nous contant le récit d’un voyage et à fortiori encore plus quand c’est avec ton oeil avisé de Papa Gamer Philosophe !

  2. Hujyo
    15 Avr. 2019 à 15:42 -----> lui répondre

    Excellente idée l’ami !! comme on échange déjà en MP, j’ai hâte de lire tes aventures sur le Blog.
    Et comme je sais que tu vas à Miyajima sous peu, sauras tu relever le défit de gravir le mont Misen à pied ???
    Pour ma part voyage au japon en 2007, 2008 et 2010.. et le prochain ? Prévu pour 2021 ou 2022

    Et puis tu as bien choisi ta période SAKURA POWER !!!

  3. lamyfritz
    15 Avr. 2019 à 15:46 -----> lui répondre

    @ Melkiok – What…!? Mais tu y es déjà allé ? Punaise j’en ai marre de me prendre des coups de vieux. En tous cas merci pour ton post encourageant.
    Oui, mon parcours est quasi millimétré, j’ai tout préparé autour des disponibilités des logements et avec hyperdia. Sauf pour Kyoto où j’ai prévu 2 jours dans le genre « on verra sur place ».
    Pour les photos, attention, je me répète : j’en ai vraiment ras le bol de ces sites et de ces prospectus qui te spoilent tout dès que tu as besoin d’une vague info – encore hier soir, pour planifier Miyajima, grmbl, au lieu d’avoir mon info de base j’ai eu droit à l’image du parfait bonheur d’un couple de touristes français de mes deux dans les moindres détails et recoins de l’île. Je sais bien que l’important est le voyage et pas la destination, mais quand même, un beau temple, une beau jardin, une belle vue du sommet d’une montagne, ça se mérite, et surtout, on se doit de respecter et de faire grandir les attentes de ceux qui viennent après vous. Voilà le point de vue philosophe et je ne dérogerai pas. Du coup, sauf rares exceptions, je mettrai surtout des photos bien pourries ou vaguement représentatives de ce que j’ai ressenti à un instant T.

  4. lamyfritz
    15 Avr. 2019 à 15:49 -----> lui répondre

    @ Hyujo : j’ai effectivement relevé le défi, et même dans les 2 sens, et de plus est sur le parcours traditionnel qu’empruntaient les fidèles. Bref : je ne sens plus mes jambes ce soir. Petit coup de soleil au passage, mais j’en suis content, de mon tatouage de circonstance, va savoir.

Laissez votre avis

sem, elit. lectus Lorem quis, vel, dapibus suscipit eget leo
%d blogueurs aiment cette page :