Quoi de neuf prochainement ?

info menu pour utilisateurs de Firefox

(défilement du menu via les flèches du clavier, bug de merde)

Commentaires récents

OctoTwittos

Nos podcasts

Octo’FM

Retour sur l’actu’: du rétro d’amour, du fric à vomir. Dilemme du jeu vidéo.

Temps de lecture : 7 minutes


Coups de cœur, de gueule ou encore les news passées qui ont fait parler d’elles et que l’octoteam a sélectionnés pour vous. Petits retours sur l’actu’ du JV et autres en quelques brèves… ////


Octo.

La Switch est l’objet fourbe du Malin… ayant évité de sombrer dans les jeux indé sur PC depuis leurs explosions vers 2010/2011, faute de temps et aussi de grandes claques face à des petits jeux, relevant davantage du petit A que du gros et gras AAA, j’étais resté hermétique à cet engouement. Bien que j’ai fait quelques jeux indé’ sur PS3 (tentative d’un Flower chiant, d’un Braid sympatoche, mais sans plus), je fus davantage ravi quand la narration était présente : quelle claque après un Stanley Parable, d’un Papers, please, d’un violent, mais jouissif Hotline Miami  ou dernièrement d’un très bon The Red Strings Club Original (déjà chroniqué ici) ou du très joli rétro Return of the Obra Dinn. Et bien la Nintendo Switch face à ses faibles capacités techniques, devient désormais l’eldorado de l’indé’ passé et actuel en raison de son carton commercial (+ 23 millions à ce jour de consoles vendues) et de sa portabilité (presque) acceptable (3h max. pour la batterie à quand une Switch Lite avec une batterie à la hauteur de ce que fut la DS Lite... et ses 12h d’autonomie !).

Bref attendant encore le portage d’un Subnautica qui fait beaucoup parler de lui (jeu de survie sous-marin), on a actuellement un choix pléthorique et à petits prix sur l’e-shop de Big N. Je vous présenterai deux perles trouvées : en manque de Gameboy – qui ne l’est pas depuis sa disparition (moi en tout cas en raison de souvenirs liés à mon enfance avec cette console d’amour) – je me suis tout d’abord pris Tasukete Tako-San : Save me Mr Tako !

Créé par Christophe Galati, un jeune français de 24 ans (présenté ici dans cet article sympa du Monde), ce dernier jeu met en avant des atouts qui ne pouvaient que me parler : petit prix (4,99€), des graphismes d’un soft gameboy, autour d’un poulpe qui doit sauver sa communauté et qui change de capacités tel un Kirby : BANCO, take my money Christophe !

 

Mon second coup de cœur est The Way Remastered. Jeu de 2016, remis au goût du jour sur la console de Nintendo, on est face à un véritable clin d’œil à l’univers de Flashback sur 16-bits de sieur Paul Cuisset roi du vectoriel (permettant des animations – certes polygonales – qui déchirent … qui déchiraient à l’époque). Je dois dire que mon manque de pixel art tellement retro est ici comblé : le jeu est beau, fluide (heureusement), un scénario qui se tient bien sur une dizaine d’heures avec moult puzzles à résoudre, et beaucoup de Die and retry jamais décourageant… Bref une belle expérience et pour seulement 0,99€ ! Pas assez cher mon fils !

La Switch décidément comble un énorme trou chez le darongamer : retrouver ses souvenirs d’antan (et je ne parle pas ici des nombreux remaster sega comme Phantasy Star, yes mon Bro’ et autres disponibles), cette console permet donc de picorer dans de l’indé’ pas cher et surtout permettre au daron de jouer tout le temps, sur le canapé ou en sortie !

Merci Big N pour cette désocialisation programmée.

👾👾👾


Lamyfritz

Un peu d’actu ciné cette semaine car c’est un mois idéal pour les sorties geek en famille avec le très attendu Ralph 2.0 (un peu moins bon que le premier, dont nous avons déjà parlé sur le site) et Dragons 3, qui clôturera la trilogie. J’ai vu tous ces films en avant-première avec mes bambins et on s’est régalés. Pour les parentsgamers trentenaires et néo-quadras sortis tout droit des 80’s, vous avez probablement vu passer le conspué, mais surprenant Nicki Larson de Philippe Lacheau, que je conseille à tous les anciens téléspectateurs du Club Dorothée – cette dernière fait d’ailleurs un caméo dans le film. Si ce n’est pas le film du siècle, c’est sans conteste le meilleur hommage à la franchise qui m’ait été donnée de voir, et on se marre bien, à l’instar d’un Alibi.com, du même réalisateur.

Autre film, à voir en famille, à partir de 5 ou 6 ans : Miraï, ma petite soeur, film d’animation japonaise et dernier né des studios Chizu dont j’ai dit tout le bien que je pensais ici. Un film qui, par certains aspects, se hisse au niveau d’un Voyage de Chihiro voire d’un Your Name. Chizu surpasse désormais Ghibli dans mon cœur et celui de mes enfants. Nous l’avons vu ce samedi, dans une salle pleine à craquer. Applaudissements !

Pour finir, plus adulte, mais bien déjanté, découvert par hasard en DVD : L’homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam, véritable arlésienne du cinéma finalement sortie après un quart de siècle de déboires – et qui connaît encore actuellement des problèmes juridiques. Le film, qui vous réconciliera peut-être avec Kylo Ren (Adam Driver tient remarquablement bien le film), est notamment dédié à la mémoire de John Hurt et surtout de Jean Rochefort, qui aurait du incarner le célèbre héros espagnol. Le documentaire Lost in la Mancha, sorti en 2003 retrace, à la manière du Jodorowsky’s Dune, la genèse d’un projet avorté ayant fait rêver des millions de cinéphiles… alors, valait-il mieux le faire, ou le taire ? A vous d’en juger.

👾👾👾


Procope

Christian Whitehead, tête pensante et agissante du très réussi Sonic Mania, a annoncé avoir fondé Evening Star, un éditeur basé à Los Angeles mais ayant également des bureaux en Australie et en Angleterre dont le but est de publier « des jeux amusants qui résisteront au test du temps ». On pourrait d’ailleurs parler davantage de collectif puisqu’Evening Star rassemblera plusieurs développeurs, chefs de projets, chaque équipe ou personnalité pouvant proposer son propre jeu. Parmi les associés de Whitehead, on notera d’autres participants à l’aventure Sonic Mania, comme le producteur Dave Padilla, le directeur artistique Tom Fry, le responsable de l’audio Hunter Bridges, entre autres. A noter qu’Evening Star reste propriétaire du moteur ayant servi à réaliser Sonic Mania, Retro Tech, qui servira de base au nouveau moteur Star Engine. On a hâte de voir ce que ces talentueux messieurs et dames proposeront en pouvant davantage affirmer leur personnalité que sur Sonic…

👾👾👾


Hujyo

La machine à rumeurs s’emballe à nouveau pour un futur Nintendo Direct.  Ce serait bien vraiment, non pas que nous n’avons pas de jeux à faire, mais la visibilité pour les mois à venir est plutôt floue.  Nous devrions être rapidement fixés : ce soir Nintendo parlera. Mais il n’y a pas que Nintendo dans la vie. Je retiens de mon côté le bad buzz qui entoure deux éditeurs actuellement. EA et Activision.  Le premier EA, au cœur d’un scandale sur le mode solo d’Anthem. En effet, pour pouvoir jouer au solo, il convient obligatoirement d’être abonné PS PLUS ou Xbox live. Pour résumer, le solo est donc payant. On pourrait passer l’éponge et ne pas hurler au scandale si EA communiquait clairement. Mais EA comme souvent a une communication catastrophique. Avouer à demi-mot que le solo nécessitait un abonnement, les joueurs (et journalistes) du monde entier crachent sur EA. Désolant. Activision lui de son côté, malgré des résultats stratosphériques, va annoncer dans les jours qui viennent des suppressions d’emploi. Parfait tout va  bien. La boîte gagne de l’argent à plus savoir qu’en foutre (un bilan de 7 milliards de $ !), mais les résultats sont plus faibles de 2%. Les actionnaires n’aiment pas, il faut alors alléger la masse salariale. Juste pour l’anecdote, au moment de la WII U, Nintendo n’allait pas super bien. Aucune perte d’emploi, mais un président qui a lui même baissé son salaire pour ne pas impacter ses salariés. Moi je dis bravo la gestion d’entreprise américaine.

 


Enfin dernière chose, les rumeurs de fermetures des magasins Micromania. Encore une fois  la maison mère américaine Gamestop, qui pour cause de mauvaise gestion de l’exécutif, accuse des pertes record de 819 Millions de Dollars. Heureusement démentie ce jour par le PDG France de Micromania, la fermeture n’est pas à l’ordre du jour. La branche française est saine et se porte bien, avec même un chiffre d’affaires en hausse. La décision il y a quelque temps d’intégrer Zing en permettant la vente de produits dérivés est probablement la conséquence de ces bons résultats. Une décision pertinente et salvatrice. Des emplois épargnés pour les collaborateurs de Micromania, souvent des vendeurs passionnés qui ont fait le choix de travailler dans ce milieu.

Tant mieux pour eux …

👾👾👾


Bonne semaine à tous !

Laissez votre avis

sit tristique id id, libero. Donec mattis leo. pulvinar libero vulputate, felis
%d blogueurs aiment cette page :