Vos comm’

Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[#60] Xenoblade Chronicles 2 : la deuxième grande aventure sur Switch

Temps de lecture : 13 minutes


Voilà un an que la Switch a posé son socle dans ma maison. Cette petite console aux entrailles vieillottes – voire dépassées aux yeux de certains grincheux – procure à beaucoup de Gamers des expériences inoubliables. J’ai fini Xenoblade Chronicle 2 il y a un mois.  J’avais besoin de le digérer avant de vous en parler. Avec 140 heures de jeu au compteur, il a presque fait jeu égal avec Breath of The Wild (170 heures… actuellement). Alors, pourquoi être aussi dithyrambique ?  Je vais tâcher de  vous expliquer cela dans cet article spécial papagamers du grand jeu de Monolith Software.

Partez en quête du berceau de l’humanité, Elysium.

Tout d’abord, une évidence : en 2017, Nintendo nous a proposé deux chefs d’œuvre sur sa console, le cultissime Breat of the Wild qui est devenu mon jeu préféré ever. Il a aussi raflé une grande partie des Awards de 2017 pour ne pas dire la majorité, et a provoqué des brainstorming fumant dans la plupart des studios de développement. Pour moi ce jeu est clairement un tournant dans l’industrie (surtout quand on voit les clones PS4 qui finissent tous par se ressembler Horizon, Assasssin’s Creed, Uncharted, God Of War où encore Last of Us… on change juste l’habillage graphique et c’est reparti. Tant pis pour l’originalité). Et en parlant d’originalité, seconde cartouche d’un Nintendo on fire : Mario Odyssey, d’une générosité et d’un fun incroyable. Deux chefs-d’œuvre la première année de lancement, c’est déjà énorme, mais pour ma part je vais en ajouter un troisième. Au risque de me faire traiter de Nintendo Maniac/Fan,  j’assume et signe ma déclaration. N’en déplaise au fan de Sony 😉

 

Résultat de recherche d'images pour "breath of the wild"

Alors quel bilan ce Xeno’ ?

Il n’était pas simple de repartir immédiatement après Breath of The Wild pour un jeu aussi chronophage. L’interlude Mario Odyssey m’a fait un bien fou et m’a apporté suffisamment de bonheur pour repartir à l’aventure. Pour tous vous dire, je ne suis pas un grand fan des J-RPG : le système de combat au tour par tour m’est souvent insupportable. Je me suis frotté à pas mal de grands J-RPG sans pouvoir aller au-delà de 7 à 8 heures de jeu, comme FFVII sur PSOne par exemple, car à la fin du premier disque – cela  va faire crier dans les chaumières – le jeu m’est tombé des mains.  Je peux aussi citer, Baten Kaitos sur Gamecube, Skies of Arcadia sur Dreamcast, Ni No Kuni sur PS3 ou dernièrement FFXV sur PS4 qui tous sans exceptions n’ont jamais dépassé le stade des 20 heures de jeu.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicles x"

Xenoblade Chronicles X, un grand jeu de la WiiU

La complexité  et la lenteur des combats au tour par tour ont systématiquement eu raison de mon envie d’avancer dans l’histoire. Ce qui me fruste le plus ? C’est que l’histoire de ces jeux m’accroche énormément. Manette en main, je jure souvent contre les développeurs qui auraient pu faire un jeu super sans un système de combat merdique.  Bref, le level Up ça me saoule grave… Vous l’avez compris, le J-RPG et moi c’est un peu je t’aime, moi non plus.

Ma première expérience concluante (bien que inachevée) fut avec Xenoblade Chronicles X sur WiiU grâce à un système de combat plus dynamique, tourné vers l’action RPG. Si bien que je me voyais bien parti pour achever mon premier J-RPG. Mais ce qui a empêché l’exploit, c’est le manque de temps et l’avalanche de jeu que j’avais à faire à l’époque. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, car j’ai décidé de me concentrer sur un seul support. Je reviendrais sur ce point dans un futur article.

Un monde enchanteur

L’achat de Xeno 2 découle donc de ma très bonne impression de Xenoblade Chronicles X. Mais pas que, si je vous disais que les trailers m’ont vraiment emballé. Alors oui, je semble être à contre-courant. Le jeu a eu son lot de bad buzz avant même que les gens puissent le tester. Il s’est d’ailleurs fait attaquer sur son Chara-Design, point faible de la série. Et s’il en faut pour tous les goûts, je vous l’accorde, l’aspect Kawai japonais (voire soubrette comme le pense mon cher Octo) a fait couler beaucoup d’encre (numérique). Toutefois, le jeu est un mélange de cell shading pour les persos et de texture classique (les grincheux diront merdique) pour les décors. Bien que perfectible et bien en deçà de ce qu’une PS4 peut offrir, j’ai trouvé le jeu particulièrement accueillant sur ma Switch.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 decors"

 

il y a ceux qui s’extasie de la plus infime chose qu’offre notre monde, et d’autres qui ne jure que par l’exceptionnel.

Oui il y a des problèmes de framerates, oui certaines textures semblent venir de l’ère PS2, re-oui. Alors que beaucoup crient au scandale, moi je passe outre, car l’avantage de ne pas avoir une technique à la pointe, c’est qu’au moins on peut se concentrer sur autre chose. comme la profondeur de jeu par exemple. Ne vous y méprenez pas, le jeu regorge d’endroits magnifiques, enchanteurs.  D’ailleurs, cela ne trompe pas : je me suis souvent arrêté de jouer pour contempler ce monde hors normes. Sans rentrer dans un débat sans fin, il y a ceux qui ont envie de voyager et qui vont apprécier ce voyage et ceux qui sont analytiques et vont passer à côté du dépaysement. En faisant un lien avec la vraie vie, il y a ceux qui s’extasient de la plus infime chose qu’offre notre monde, et d’autres qui ne jurent que par l’exceptionnel. Je pense que vous avez saisi l’insistance de mon message. Point besoin d’avoir une claque graphique qui se rapproche de notre réalité pour voyager, car avec une bonne  direction artistique, on peut s’accommoder des contraintes techniques : qui dirait (pour ceux l’ayant découvert à l’époque) que Link’s Awakening sur Gameboy était une daube  en raison de ses graphismes en 2D monochromes ?

Elysium, terre de légende

Petit retour sur l’histoire, sans spoiler : au centre d’un océan infini de nuages se trouve l’Arbre-monde. Tout autour s’étend Alrest où vivent de nombreuses populations. Autrefois, les habitants de ce monde vivaient au sommet de l’Arbre-monde au côté de leur créateur, l’Architecte. Le pays dans lequel ils vivaient était un véritable paradis, les douces ondées et le soleil doré leur offraient des récoltes abondantes. Il avait pour nom Elysium. Un jour, tous furent chassés de ce paradis. Avaient-ils déplu à leur créateur ? Y avait-il une autre raison ? Nul ne le sait. Ils se réfugièrent au pied de l’Arbre-monde, mais la vie était difficile et ils commencèrent à périr. Alors que tout espoir semblait perdu, l’Architecte envoya ses serviteurs, les Titans, au secours de l’humanité. Pour échapper à une mort certaine, les survivants s’installèrent sur le dos des Titans et les générations succédèrent les unes aux autres. Maintenant que les Titans se meurent, la quête pour retourner à Elysium ne fait que commencer…

Image associée

Pyra et Rex

Le héros de cette histoire est un jeune homme répondant au nom de Rex. Il gagne sa vie comme récupérateur, toujours en quête de précieuses ressources et d’anciens artefacts dans la mer de nuages. Il a quitté le village où il était né et vit désormais sur le dos d’un petit Titan, Papy.  Embauché pour fouiller un navire coulé et récupérer les moindres objets de valeur, Rex rencontre par hasard une Lame appelée Pyra. Celle-ci est également une Lame sacrée répondant au nom de l’Aegis. Par un mauvais coup du sort, Rex est tué par Jin, le chef d’une organisation clandestine, Torna. Pyra sauve la vie de Rex et devient sa Lame, leurs destins sont à jamais scellés. Il fait sienne la quête de Pyra d’atteindre Elysium et tente de survivre dans un monde plein de rivaux, tous aux trousses de l’Aegis. Nos héros parviendront-ils à la terre promise, au sommet de l’Arbre-monde ?

Le mystérieux et mortel Jin

Les premiers pas

Xenoblade Chronicles 2 est l’exact opposé de Breath of the Wild qui vous montre en 20 minutes les enjeux de votre quête. Ici, le début est lent, et les enjeux ne sont pas clairs. Comme dirait un bon scénariste, il est important d’installer les personnages et l’intrigue. Monolith Software a appris de cet adage : le début est bavard et croquignolesque (dédicace à notre président qui affectionne tant les formules d’un autre âge). Le jeu étant dense et complexe, les concepteurs ont carrément tranché avec une intro qui se confond avec le tutoriel, durant une vingtaine d’heures consacrées aux explications du système de jeu. Oui c’est long et je pense que beaucoup ont dû se lasser, et d’autres ont persévéré et ont bien fait ! Durant ces vingt premières heures, je ne vous cache pas que j’ai dû m’accrocher pour bien comprendre le fonctionnement du jeu. Pourtant, après quelques heures de jeu seulement, et une scène d’une noirceur étonnante, j’ai su que je passerais outre cette complexité, notamment à partir de l’exploration de l’épave coulée… Comme dans un rêve éveillé, les enjeux de votre quête vont vous être proposés. À cet instant, je me suis posé la question de l’inspiration des créateurs du jeu, comme Tetsuya Takahashi (scénariste et réalisateur) et j’ai repensé à l’excellent film Elysium de Neill Blomkamp avec Matt Damon… et puis pourquoi pas, là voila ma motivation pour avancer ! Percer le mystère de l’arbre monde, l’Elisuim, le paradis pour les humains. Pourquoi le monde est-il devenu une mer de nuages, pourquoi les humains vivent sur des Titans ? D’où viennent les Titans ?  Et surtout quel est le vrai pouvoir de Pyra  ?

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2"

La force du jeu, qui est rempli de nombreuses quêtes annexes, et de ne jamais vous faire perdre de vue votre objectif principal. Où que vous soyez dans le jeu, vous verrez l’arbre monde. Comme un aimant à mystères, cet arbre est non seulement beau, mais il intrigue. Il fait même rêver. Comment y accéder ? Que vais-je y découvrir ? Pourquoi m’intrigue-t-il autant ? Les scénaristes ne dévoilent pas immédiatement le mystère et je trouve la cohérence du récit juste parfaite. Bien sûr il y a beaucoup de bla-bla qui n’ont aucune incidence sur l’intrigue. Libre à vous de les écouter ou pas.

D’ailleurs ce qui m’a surpris au fil de l’aventure, c’est la noirceur globale du propos. Vous avez un jeu coloré, voire enfantin, et pourtant, le récit est bien pour les adultes. Je ne souhaite malheureusement pas dévoiler l’intrigue, car je pense à ceux qui souhaitent faire ce jeu. Mais sachez qu’il s’agit d’une des meilleures histoires que j’ai découvert dans un jeu vidéo, rien que cela !  Les cliffhanger sont nombreux et toujours bien sentis, mais vous aurez beau essayer de déchiffrer l’intrigue, vous êtes loin du compte.  Je suis tombé sur le cul au moment où elle se dévoile… J’ai eu des frissons,  des joies, des larmes dans les yeux … Pour faire un parallèle avec un jeu PS4, l’intrigue est mille fois mieux amenée que sur Horizon Zero Dawn. Pauvre Guerilla Games ! Passer après Breath of the Wild et Xenoblade,  leur jeu n’a pas tenu 10 heures dans ma PS4.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 environnement "

 

Quid du système de combat ?

N’étant pas un grand expert du J-RPG, j’ai un peu bataillé pour me faire au système de combat. Au premier abord il semble super complexe : vous incarnez Rex, et Pyra votre lame dirige les sorts et invocations. Le gigantesque tutoriel vous explique les différentes approches de combat, mais soyez rassuré j’ai pigé le truc et je peux vous dire que j’y ai même pris du plaisir !  Vous déplacez Rex librement avec le Stick, il frappe automatiquement les ennemis et vous alternez les appuis sur les boutons pour varier les coups spéciaux.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 decors"

 

 Au départ vous avez qu’une seule lame, mais avec le temps vous pouvez contrôler jusqu’à trois lames par personnages. Puis votre équipe passe à trois personnages gérés par le jeu. Les combats en eux mêmes n’ont rien de sorcier, je vous renvoie sur cet excellent site qui propose un guide complet des combats :  http://www.generation-game.com/guide-complet-du-systeme-de-combat-de-xenoblade-chronicles-2/  ou encore sur le site officiel qui explique tout, mais vraiment tout.

[/embed]

Par contre vous allez passer du temps dans la gestion des compétences de vos lames. Le sociogramme permet de débloquer des prouesses clés pour vos lames.  D’ailleurs je vous  conseille de bien vous en occuper.  J’ai un peu foncé tête baissée dans l’intrigue avant de me retrouver bloqué dans certaines quêtes, car les personnages n’avaient pas appris les prouesses requises pour avancer. J’ai donc dû stopper l’histoire principale afin de faire progresser mes personnages et forcément, j’ai pas mal râlé, car j’ai dû passer un temps fou à faire du level-up. Mais cette évolution se fait par le biais de quêtes annexes assez sympas. Si on n’échappe pas au  syndrome « Fedex » pour certaines ou s’étirent en longueur, dans l’ensemble, j’ai trouvé plaisant que les développeurs indiquent comment débloquer les compétences clés (voir ci-dessous). Ainsi, je n’ai jamais été lassé contrairement à Horizon Zero Dawn.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2"

Une direction artistique flamboyante… une technique datée

L’important n’est pas la destination, mais le voyage pour y arriver comme dirait l’autre : putain que la direction artistique est majestueuse ! Le travail de Monolith Software aurait mérité des récompenses, car j’ai pris un immense pied à parcourir les contrées somptueuses du jeu, ce dernier est riche en trouvailles visuelles et en surprises. L’univers global du jeu est vraiment cohérent, chaque Titan apporte son lot de surprises. Plutôt que de vous saouler de louanges, je préfère vous asséner quelques screenshots qui vous feront, je l’espère, rêver.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 environnement "

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 soleil"

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 environnement"

À cela, ajoutez également des cinématiques hyper bien réalisées, super pêchues et dignes du grand Hollywood.  Elles ne sont jamais lassantes et au contraire apportent de la nervosité au rythme plus lent de l’exploration du jeu. Mention spéciale également pour le bestiaire du jeu et les Boss. Ils sont variés, coriaces pour certains, car le jeu est lui-même assez difficile. À la moitié du jeu environ, devant des morts répétées j’ai opté pour un changement de mode de difficulté. Je suis passé en mode Histoire, qui facilite les combats et permet de jouer l’esprit tranquille pour la suite de l’aventure.

Je n’oublie pas non plus la fabuleuse partie sonore du jeu. Les compositions musicales de Yasunori Mitsuda (et autres) sont vraiment superbes, où de  grandes envolées lyrique, côtoient des mélodies subtiles, touchantes et mélancoliques. Une partition musicale que j’ai adoré et que j’apprécierais de voir en Live sur scène avec un orchestre philharmonique.

et plus pêchu :

Il serait bien trop long de vous détailler toute la profondeur que propose le jeu. Je crois que chacun doit se faire son propre avis sur le titre. Je vous en conjure, ne vous arrêtez pas à l’univers Japoniais du jeu. Il vaut bien plus que çà et pour les plus téméraires, le jeu vous donnera du bonheur. Vous serez captivé par son ambiance, hypnotisé par son univers.

Résultat de recherche d'images pour "xenoblade chronicle 2 soleil"

Pour conclure,  Xenoblade Chronicles 2 a réussi là où beaucoup de jeux ont échoué, car me faire finir un J-RPG est un véritable exploit. Je me suis attaché à ses personnages, surtout à l’histoire de Rex et Pyra. Comme souvent dans les productions japonaises, la poésie et le respect sont de mise. J’ai vibré avec eux, vécu leur aventure manette en main. Mais ce que je retiens surtout, c’est que j’ai voyagé. Pour moi il n’y a rien de plus important dans un jeu que de me faire sortir de mon quotidien. J’ai fini le jeu au bord des larmes, l’histoire touchante à percer mon petit cœur d’homme : le troisième chef d’œuvre de la Switch (pour le moment) !

9
Une œuvre majeure, un jeu colossal.

The Good

  • un voyage inoubliable
  • Des personnages auxquels on s'attache
  • Un contenu titanesque
  • Les cut scenes qui déboitent
  • un système de combat complexe mais qui finit par se maitriser
  • Un univers magique qui pousse à l'exploration
  • Des cliffhangers à se taper le cul par terre

The Bad

  • Un réalisation pas toujours au top
  • Un long tutoriel qui va en laisser plus d'un sur le carreau
  • Le mode normal qui est super hardu (privilégié le mode histoire ;-)
9.5 Octofun ?
8.5 Adapté à la vie du papagamer ?
Hujyo

Vieux sage de la bande, qui traîne derrière lui des années de pratique, il déteste quand le JV n'est qu’esbroufe graphique et se demande alors s'il n'est pas trop vieux pour ces conneries. Fan de Big N - assumé et revendiqué - il refuse le bullshit et veut du jeu, tout simplement.

9 commentaires
  1. hujyo
    12 Mai. 2018 à 08:56 -----> lui répondre

    J’ai oublié de préciser dans le test, vous avez le choix entre version anglaise et Japonaise. Je vous recommande de faire le jeu en version japonaise bien plus plaisante ! et le jeu est intégralement traduit en francais. (n’est ce pas Monsieur SEGA !!! )

  2. octopaddaone
    12 Mai. 2018 à 09:41 -----> lui répondre

    Ton avis donne grave envie, je vais te l’emprunter sans tarder : je me tâte entre lui et YSVIII pour cet été?

  3. Lamyfritz
    13 Mai. 2018 à 08:57 -----> lui répondre

    Article empreint de sagesse. S’extasier sur l’infime est une chose bien difficile pour un occidental, et pourtant c’est une des clés du bonheur. Une clé difficile à atteindre, dont on ne peut faire l’expérience que par soi-même. Je pense être passé par là par fulgurances quand j’étais enfant et ado et plus durablement en devenant parent, même si les nécessités du quotidien et la frénésie de notre siècle reviennent souvent à la charge.

  4. Procope
    14 Mai. 2018 à 15:53 -----> lui répondre

    Je te rejoins sur tout, MAIS (et c’est un gros mais) faut vraiment que Monolith aille prendre certains cours chez Guerilla (ou Nintendo). La gestion des quêtes annexes et de la carte est bien plus que catastrophique… En 2017, c’est juste hallucinant que Nintendo ait laissé passer une erreur pareille.
    Sinon, faut remercier Monsieur Sega, j’aurais jamais eu 17 à mon oral d’anglais si j’avais pas dû jouer à Shenmue le dictionnaire sur les genoux à l’époque 😉 On mâche le travail de nos enfants chez Nintendo !!!

    1. octopaddaone
      14 Mai. 2018 à 21:17 -----> lui répondre

      Ha le débat sur les trad’ dans le JV, ne pas oublier que les jeux que nous avons fait plus jeune étaient tous en anglais (hormis un zelda 3 mythique et d’autres sur SNES), mais le peu des textes n’empêchait pas leur compréhension et permettait de progresser en anglais, mais là on parle de gros jeux (chapeau pour toi et Shenmue)… mais de nos jours dans notre monde globalisé, l’absence de trad’ est un vrai frein pour les ventes (et surtout oui cela coûte, mais cela rapporte, merde regarde Nintendo !), je pense actuellement à des jeux comme Persona qui se coupe vraiment d’un plus large public et celui qui dit cela a fait le 4 et le 5 (à eux deux je dois être à plus de 200h de jeu, donc pas soucis pour me farcir des textes en anglais). L’excuse du prix n’est pas tout, je pense surtout à des gagne-petit et aussi d’un je-m’en-foutisme de certains marchés, n’est-ce pas M. Atlus ?

      1. Procope
        15 Mai. 2018 à 11:01 -----> lui répondre

        Ca me paraît tellement évident de savoir écrire, lire et parler anglais couramment (et pourtant j’ai fait allemand) que je t’avoue que ce débat me dépasse. J’ai probablement tort parce que j’adore l’Angleterre, j’aime y aller, j’adore la langue, je peux passer des heures à lire un dico anglais donc je suis pas le profil type. Disons que j’ai tendance à penser qu’un public technophile est forcément bilingue, et je ne suis vraiment pas sûr qu’un Persona ou un Yakuza en français (et donc en espagnol, en allemand, en italien, etc) rembourserait les coûts de traduction, peur que que cette dernière soit bonne, en plus. A propos je suis tombé sur cette très intéressante interview : http://polygamer.com/?Entretien-avec-Laurent-Jardin

        Sinon, l’article aurait pu s’intituler : « Grâce à Xeno, j’ai oublié pendant 200 heures ma femme et mes mioches. Merci. Ca fait du bien. »

      2. Procope
        16 Mai. 2018 à 14:29 -----> lui répondre

        Sachez, messieurs, que Shenmue I & II HD sera traduit en français ! On verra alors si les ventes sont meilleures qu’en 2001…

  5. octopaddaone
    17 Mai. 2018 à 20:05 -----> lui répondre

    Hahahah comme le dirait le commandement français à la bataille de Fontenoy « tirez les premiers… Messieurs les Anglais » ! Et bien on la fait, et Sega nous a entendu (LOL). N’oublie pas que le parc installé de PS4/ Xbox est de 100 millions ! Quid de la Dreamcast à l’époque… quand je vois le succès d’un LAst guardian/ Shadow ou autres, je ne m’inquiète pas pour Sega ! Tu as la source ?

    1. Procope
      18 Mai. 2018 à 15:53 -----> lui répondre

      Bah écoute, ils en ont vendu 1.2 millions sur un parc à l’époque de 8 millions en fin de vie, donc SEGA devrait en vendre 15 millions là grâce à la traduction. Je ris d’avance… La source c’est le compte twitter de SEGA europe, dans mon souvenir.

Laissez votre avis

sit ut commodo tristique risus venenatis Lorem eleifend libero.
%d blogueurs aiment cette page :