Vos comm’

Nos podcasts

Octo’FM

 

Twittos

Retour sur l’actu : le bon, la brute et le très méchant du JV

Temps de lecture : 5 minutes

Coups de cœur, de gueule ou encore les news passées qui ont fait parler d’elles et que l’octoteam a sélectionnés pour vous. Petits retours sur l’actu’ du JV et autres en quatre brèves… ////

Cette semaine, je ne parlerais pas du très médiocre Nintendo Direct, que mes collègues évoqueront mieux que moi, mais de la date de sortie du nouveau Call of Duty : Black Ops 4. Alors que tous les épisodes de la série étaient publiés début ou mi-novembre, Activision, paniqué à l’idée d’affronter le mastodonte Red Dead Redemption 2, prévu pour le 26 octobre, a décidé de l’avancer au 12 octobre. Ce qui signifie que l’éditeur américain considère que deux semaines n’auraient pas été suffisantes pour détourner suffisamment de joueurs de Red Dead 2, et qu’il prédit logiquement un destin à la GTA V, avec des joueurs impliqués sur la longue durée, voire totalement absorbés par cet unique jeu. C’est la première fois qu’Activision se retrouve dans une telle situation, celle de la proie, eux qui d’habitude sont chassés par EA et notamment la série des Battlefield. Si le géant Activision a assez peur de Rockstar pour modifier son planning (on imagine sans crainte la gueule de leur crunch), il sera intéressant de voir la réaction des autres éditeurs, particulièrement ceux qui ont l’habitude de lancer leurs gros jeux en octobre ou novembre, comme Ubi Soft ou Bethesda. On peut aussi imaginer que Rockstar, pour ne pas se faire de concurrence interne, décide de retarder la sortie de Borderlands 3, prévue, selon les rumeurs, en fin d’année. En tout cas, Activision a raison : on a très, très, très hâte de mettre la main sur Red Dead 2.

 

Impossible pour moi de ne pas parler de BIG N  cette semaine. Nous avons donc eu droit à un Nintendo Direct.  Alors que le Web s’enflamme sur Smash Bros, (un énième portage de l’épisode WII U) je commence personnellement à me poser des questions.  En tant que possesseur de la WII U, je me sens quand même un peu le dindon de la farce.  La Switch devient la console du portage. C’est très bien pour les nouveaux utilisateurs, car les jeux sont excellents (captain Toad, Donkey Kong Tropical Freeze, Bayonetta, Okami HD).  Mais personnellement, j’aurais besoin d’avoir du neuf. Pourquoi diable, par exemple, ne voit-on pas le nouveau Pikmin 4, annoncé depuis belle lurette par Miyamoto.  Bayonetta 3 aussi, qu’on nous en montre un peu plus que diable. Encore une fois l’annonce de ce Nintendo Direct aura été vecteur de folle rumeurs. Et Call of duty par-ci du Luigi’s Mansion sur Switch par là (finalement sur 3DS), du DLC Mario ODYSSEY, ldu remake de Zelda Link’s Awakening….  Moi je dis attention Nintendo, à trop vouloir laisser faire la hype, les joueurs attendent du rêve, et il faut savoir aussi leur en donner. Après une année 2017 aussi flamboyante, il est temps de sortir l’artillerie. Surtout à presque 3 mois de l’E3 !

 

Le débat sur la violence des JV et ses grosses ficelles fait rage outre Atlantique (alors qu’en Suède on le considère comme créateur de lien social), mais ce serait oublier qu’il existe aussi des américains raffinés, discrets et cultivés. Ainsi l’Huffington Post revient sur la personnalité et le parcours de Jordan Mechner, créateur du légendaire Prince of Persia, invité à participer en février au festival MAGIC de Monaco (vous n’en aviez pas entendu parler ? Moi non plus !). Avec le retour de l’intérêt pour les jeux en 2D, qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Bref, toujours sur les U.S.A., les Inrocks décryptent un jeu poétique, surréaliste et décalé, qui rappelle les aventures textuelles des premiers ordis : Where water tastes like wine, dont le titre n’est pas sans rappeler le rêve américain. Justement, on est en plein dans l’envers du décor :

 

La presse papier meurt à petit feu… et les lecteurs n’en sont pas la cause ! En tant que vieux gamer, la presse papier a toujours mes faveurs et chaque mois, je prends mon petit magazine, habitude héritée de mes années ado’ : cela représente mon petit rituel de fin de mois, toujours appréciable. Ancien fidèle lecteur de JV le mag, après ma déception d’un mag’ qui tourne en rond, je suis de façon épisodique l’antique  Canard Pc (CPC pour les intimes), vétéran de la presse JV papier (+15 ans d’existence). Ton déconneur, test de qualité et souvent des enquêtes qui le sont tout autant, comme celle sur le « crunch dans le JV » (relaté dans notre podcast #22). J’apprécie sa sortie bimensuelle qui permet de faire passer le mois encore plus facilement donc 😉 Toutefois, ce vétéran souffre, comme d’autres titres non liés forcément au JV, de la déconvenue de son diffuseur dans les kiosques le triste Presstalis. Cette boite – qui gère, aux côtés d’une autre entreprise MLP, la distribution de 4000 titres et leurs rémunérations via les 25000 points de presse – va mal, en raison d’une gestion chaotique et de 300 millions d’euros de perte ! Comble de l’ignominie, Presstalis a décidé d’imposer une taxe de 2,25% mensuelle à ses clients pour se renflouer, et de conserver un quart du revenu des ventes faites en fin d’année 2017, grosse période pour la plupart des journaux, dont CPC (détails ici). Ainsi, le journal, pour ne pas disparaître devant autant d’incertitudes, est parti chez MLP début janvier 2018. Toutefois, ce dernier doit aussi ponctionner 1% de leur chiffre d’affaires par mois durant 5 ans, pressé de le faire par les autorités de régulation de la distribution de la presse, où siègent principalement les grands éditeurs… et continuer d’aider son concurrent Presstalis en PLS.

CPC a donc décidé de redevenir mensuel (malheureusement… mais ce qui lui permet des marges plus importantes) et de lancer une campagne Ulule destinée à les soutenir dès le lundi 12/03. J’y serai, et vous ?

 

Bonne lecture à tous et à la semaine prochaine !

theprocope

Anti-Nintendo primaire durant sa jeunesse, entièrement consacrée à Sega. Coeur brisé en 2001, mange désormais à tous les râteliers : Sony, Microsoft, Nintendo, portables comme consoles de salon. Joue à peu près à tout ce qui sort, à moyen terme, avec une préférence pour les jeux de rôle et les immersive sim. Contre le dématérialisé, faut bien être un peu vieux con.

Laissez votre avis

nunc ante. sem, Phasellus ut dapibus massa justo nec Aliquam
%d blogueurs aiment cette page :