Vos comm’

Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[reportage] Expo éducation et numérique, retrogaming et réalité virtuelle

Temps de lecture : 7 minutes

Je me suis ce weekend rendu dans la Drôme, au Sud de Lyon, où s’est déroulée une petite exposition ouverte au public sur le thème du numérique et de l’éducation au numérique. J’ai même pu y tester le casque de réalité virtuelle de Sony, le Playstation VR. Compte rendu d’expérience.

Mon fils de 8 ans sur Sonic 1… !

J’attendais cet événement depuis plusieurs semaines, d’autant qu’il proposait un pôle retrogaming auquel je voulais absolument amener mes enfants. J’ai donc profité de l’aubaine, en tant que papagamer représentant d’Octopaddle.fr (sans carte de presse, certes, mais non dépourvu de ligne éditoriale) pour faire un petit reportage exclusif sur l’événement. J’ai ainsi pu m’incruster dans tous les ateliers, discuter avec beaucoup de monde, et faire passer chaque fois mes enfants prio sur les jeux et activités proposées.

Au cours des rencontres, nous avons beaucoup discuté éducation, sensibilisation, patrimoine vidéoludique, transmission culturelle, ingénierie, serious gaming et formation enseignante. Mais en rester là serait mal connaître Lamyfritz, qui a vite fait de sortir l’esprit critique de son fourreau lorsqu’il est dans son élément ! Aussi avons-nous devisé sur des thèmes un peu moins reluisants, comme les bonnes intentions toxiques du pédagogisme déconstructiviste, le narcissisme complice des papagamers avec l’idéologie positiviste (qui assimile consommation et éducation), les intérêts rapaces de certaines grandes compagnies, et la captation massive d’argent public qui favorise les ambitions carriéristes d’un secteur de niche (avec un petit détour par l’écriture inclusive, qui, bien loin de libérer qui que ce soit, a exactement la même vocation). Passionnant !

 

1) Une première partie de l’événement était organisé par l’association Fréquence Ecoles, basée sur Lyon, et proposait quatre pôles majeurs :

  • ingénierie pédagogique en robotique
  • ingénierie pédagogique en programmation
  • expo retrogaming
  • expo découverte, avec des consoles et des jeux modernes

C’est évidemment l’expo retrogaming qui a eu le plus les faveurs du public, tous âges confondus ! Quatre consoles d’ancienne génération étaient présentées, chacune avec un jeu attitré que l’on pouvait tester :

– sur NES : Super Mario Bros 1 (toujours occupé)
– sur Megadrive : Sonic 1 (en 50 Hz, beuuuuh…)
– sur Dreamcast : Virtua Tennis (avec Cédric Pioline !)
– sur Game Cube : Mario Kart Double Dash (le seul, le vrai)

Du côté des consoles plus récentes, on pouvait découvrir :

  • sur WiiU : Super Mario Kart 8 (j’avais jamais vu un gamepad WiiU d’aussi près !)
  • sur X-Box : Rayman Legends (à 4 joueurs en simultané)
  • sur PS4 : Abzü et No Man’s Sky (superbe, sur écrans géants)

Nous avons pas mal discuté de ces deux derniers avec les organisateurs, pour lesquels les points de vue de Hujyo et d’Octopaddaone m’avaient auparavant interpellé lors des podcasts.

Super Mario Kart 8 sur WiiU… grand moment de « vivre ensemble » artificiel entre mon gosse et un gosse de la cité voisine…

Du côté de l’ingénierie, on n’était pas en reste. Tout un tas d’enfants et d’ados se sont passionnés pour ces gadgets étranges leur permettant de se familiariser avec les univers complexes de la robotique et de la programmation. Il y en avait vraiment pour tous les âges !

Ci-contre, un atelier de dessin pour les tout petits, basée sur le concept en vogue de réalité augmentée. Dans un premier temps, les enfants font un coloriage tout ce qu’il y a de plus normal, sur un personnage en noir et blanc. Dans un second temps, un QR code au bas du dessin est scanné par une tablette, et le personnage du dessin apparaît en 3D sur la table, colorisé avec les mêmes couleurs que l’enfant a employées. On peut tourner autour du personnage, le toucher, et même lui faire tirer un ballon dans des cages virtuelles en activant un mini jeu de tir au but. Anecdotique, mais bluffant !

L’atelier de robotique consistait à assembler des blocs-robots pour atteindre un objectif précis, comme faire s’arrêter son robot avant un obstacle, ou le rebord de la table par exemple. Les blocs étaient magnétiques et s’assemblaient de façon immédiate. Vraiment bien fait.

L’atelier de programmation était quant à lui présenté sous forme de jeux très concrets et bien foutus : il fallait programmer un petit robot, soit sur le robot lui-même, soit via un bloc de contrôle à distance, pour le faire aller sur telle ou telle case d’un plateau de jeu. Les enfants devaient anticiper les rotations du robot, voire créer des routines pour le faire avancer plus loin.

En conclusion, aucun de ces ateliers de sensibilisation ne mettait l’enfant devant un écran, mais leur faisait au contraire manipuler des objets concrets. J’ai toujours prôné une rematérialisation de l’éducation, afin de contrer la dématérialisation générale, mais la tendance des éditeurs de ressources éducatives est plutôt en faveur de cette dernière, car elle permet de créer de la valeur à partir de rien, et ouvre ainsi un vaste champ spéculatif.

 

2) La seconde partie de l’événement, que vous attendiez tous, était consacrée au thème de la 3D, avec deux pôles majeurs :
– une initiation à la réalité virtuelle, grâce à une PS4 affublée du Playstation VR
– un atelier de réalisation de pièces d’assemblages d’un drone à l’aide d’une imprimante 3D

Ah ! La Réalité Virtuelle. Le rêve de gosse des papagamers trentenaires et quadragénaires, que l’on croyait encore irréalisable il y a peu…. et pourtant… et pourtant je l’ai testée ! C’est peut-être pour ce moment-là que j’ai survécu toutes ces années, qui sait ? Bref : un rêve de gosse réalisé. C’est pas tous les jours.

Alors juste avant moi est passée une dame qui a essayé VR Luge, un jeu de démonstration de la suite VR Worlds de Sony, jeu-vitrine dédiée au casque virtuel de la PS4. Il s’agit d’un jeu où l’on dévale une pente à toute vitesse à bord d’une sorte de luge de route, et où l’on ne peut tourner qu’en inclinant légèrement sa tête. La dame hurlait à chaque fois qu’une voiture ou qu’un camion arrivait dans l’autre sens, et le plus drôle c’est qu’elle essayait de s’en empêcher, mais n’y arrivait pas ! Rien que de voir le jeu sur l’écran témoin me mettait déjà mal à l’aise… mais ce n’était rien par rapport à ce que j’allais ressentir à mon tour.

J’ai donc demandé un truc plus cool à tester. Ci-contre, votre serviteur Lamyfritz à bord de Ocean Descent. Il ne s’agit pas d’un jeu à proprement parler : vous ne faites rien à part regarder de l’intérieur de votre cabine de plongée qui descend vers les fonds marins, puis remonte. Il y a un mode normal, pour les âmes sensibles, et un mode complet, qui inclut une attaque surprise par un requin. Comme je l’ai expliqué, dans ce jeu-là, vous ne pouvez pas interagir, c’est comme un film qui se déroule sous vos yeux. Mais franchement, c’est bluffant : on peut regarder partout autour de soi, au dessus, en dessous, on peut se pencher par dessus la barrière de sa cabine. J’imagine cette expérience en étant seul, chez soi. Immersif : c’est le mot !

La sensation du casque et la réactivité de l’image aux mouvements est très bonne. Le champ de vision est parfaitement englobé et on est vraiment coupés du monde extérieur à l’exception du son. On a envie de toucher ce qui nous entoure, et j’ai plusieurs fois touché le visage de mon voisin par inadvertance ! Je déplore cependant le poids, inévitable, du casque, qui tient chaud et devient à la longue gênant à porter. Tout ce qui est de l’ordre des sensations de mouvement pose également problème (les chocs et vibrations par exemple) ce qui finit par brouiller l’esprit et, au bout d’un moment, par donner un sacré mal de mer. J’ai été mal à l’aise pendant au moins 4 heures, Doliprane à l’appui, mais j’impute également la sensation au fait d’avoir regardé VR Luge juste avant et Eagle Flight juste après.

Ce dernier jeu, crée par Ubi Soft, est une sorte de simulation de vol qui vous met dans la peau d’un aigle fonçant au dessus de Paris. Vous reconnaîtrez Montmartre, la tour Eiffel, l’arc de triomphe, et les immeubles haussmanniens traditionnels de notre chère capitale. Cependant, dans Eagle Flight, la ville a été envahie par la végétation, qui a repris ses droits ! Une expérience plus qu’un jeu, et qui a tendance à s’éterniser car il n’a pas vraiment de fin.

Pour finir cette expo, il y avait cet atelier de création d’objets en 3D, qui voulait démontrer au public que la démocratisation des imprimantes 3D est désormais effective. On peut désormais en trouver pour moins de 200 euros chez tous les gros revendeurs et il est assez facile de s’en fabriquer une soi-même ! Ici, l’objectif de l’imprimeur 3D était de confectionner toutes les pièces pour fabriquer un drone. Un modèle réalisé en 2015 était présenté, ci-dessous à côté de l’ordinateur.

L’imprimante 3D a été réalisée à partir de pièces faites par d’autres imprimantes 3D ! Génial non ?

Bref, ce fut une super expo, d’ailleurs, celle-ci a eu tellement de succès qu’il est envisagé de créer un atelier permanent… ! Je vous tiendrai au courant si tel est le cas.

Lamyfritz

Vieux flibustier chiqueur de pixel et écumeur de poulpe, retiré avec femme et enfants. Engagé comme matelot au temps de l’Amstrad puis comme corsaire à bord de la Megadrive, il décime l’armada 8-bits et harcèle les navires de chez Nintendo. Le PC lui permet d’être son propre capitaine mais il rêve toujours de cette époque d’aventures où le jeu vidéo était encore terra incognita.

2 commentaires
  1. theprocope
    26 Nov. 2017 à 18:10 -----> lui répondre

    Merci Fritz pour le reportage ! Dommage que tu n’aies pas pu tester de vrais jeux sur la VR, comme EVE Valkyrie ou Farpoint.
    Qu’ont pensé tes gamins des ateliers ?

  2. lamyfritz
    26 Nov. 2017 à 20:08 -----> lui répondre

    Salut Procope, tu sais après la migraine que je me suis tapée je ne suis pas prêt de réessayer !
    Mes gamins ? Ils m’ont fait la gueule au moment de partir, j’ai eu du mal à les ramener à la maison.

Laisser un commentaire

2d9ae146a5e028f6e24b836edcdd0bfePPPPPPPPPPPPPPPPPP
%d blogueurs aiment cette page :