Vos comm’

Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[#12] Faire un médaillon des Cités d’Or pour ses enfants !

Temps de lecture : 2 minute

Pour ceux qui ont un jour pensé appeler leur garçon Esteban, en hommage à la série TV des années 80 Les Mystérieuses Cités d’Or, et pour les papa-geeks qui l’ont vraiment fait (j’en connais), cet article est pour vous !

Le médaillon en deux parties des Mystérieuses Cités d’Or fascinait mon plus grand garçon, qui à l’époque des faits avait à peine 7 ans. Je lui avais fait découvrir la série originale (la nouvelle série, qui présente peu d’intérêt, n’était pas encore sortie) grâce à un coffret DVD trouvé en promo, et j’avais été stupéfait du coup de cœur que ce petit né en l’an 2000 avait pu avoir pour un dessin animé qui avait moi-même bercé mon enfance. C’était donc décidé, j’allais lui faire un médaillon d’Esteban.

Scie-cloche à lames multiples

A vrai dire, il ne fallait pas grand chose : du contreplaqué de récup suffisamment fin et une scie cloche à lames multiples, montée sur perceuse ou mieux, sur perceuse à colonne. Je n’ai pas vraiment eu le temps ni la patience de faire un truc nickel mais bref… L’idée était d’avoir un médaillon en deux parties pouvant s’emboîter l’une dans l’autre et surtout résistant à un gosse plutôt actif (j’ai retrouvé une partie du médaillon au fond du jardin l’année dernière, en excellent état) !

Pour la couleur et la déco : un modèle, trouvé sur internet, de la peinture de type gouache ou acrylique et surtout une bombe à vernis. Également nécessaire : des outils de finition de type papier à poncer, un couteau pour graver les motifs, et un stylo bille pour faire ressortir les lignes gravées avant vernissage.

 

Et voilà le résultat :

Recto

 

Verso

 

Après vernissage

Et pour finir :

  • Un site amateur avec des créations persos sur les Cités d’Or : cliquez ici.

  • Le même pendentif, en or massif : cliquez ici. 2700 euros tout de même !

  • Le palais de Zelda, fabriqué par Octopaddaone pour ses filles : cliquez ici.

Lamyfritz

Vieux flibustier chiqueur de pixel et écumeur de poulpe, retiré avec femme et enfants. Engagé comme matelot au temps de l’Amstrad puis comme corsaire à bord de la Megadrive, il décime l’armada 8-bits et harcèle les navires de chez Nintendo. Le PC lui permet d’être son propre capitaine mais il rêve toujours de cette époque d’aventures où le jeu vidéo était encore terra incognita.

Laisser un commentaire

f8630fc40f3d487ed3e7cdaaa3e65fde$$$$$$$$$$$$$$$$$$
%d blogueurs aiment cette page :