Vos comm’

Nos podcasts

Octo’FM

 

Twittos

[#55] Zelda Breath of the Wild… et après ?

Temps de lecture : 11 minutes

6sfsgwqgb4eqrzi52o8pcx-480-80Il y a des jeux qui marquent votre vie de joueur… et des jeux qui bouleversent notre industrie. The Legend of Zelda série grandiose et cultissime de Nintendo est de ceux-là. Cette série est sur la plus haute marche des podiums à octopaddle.fr, en tant que vraie légende du jeu vidéo. Après avoir terminé le dernier opus, Breath of the Wild (BOW), se pose à moi cette question tant redoutée pour tout joueur : faut-il encore jouer au jeu vidéo après un tel jeu ?

Il n’est pas rare d’avoir un épisode de Zelda dans les tops des joueurs. L’aura de cette série et l’attente qu’elle suscite chez les joueurs du monde entier sont uniques et sans équivoque : chaque nouvel épisode est attendu comme le messie et bouleverse souvent l’industrie du jeu vidéo. J’ai toujours, depuis ma plus tendre enfance, eu une affection particulière pour la série Zelda. Je vous le confesse aujourd’hui (mais vous vous en doutiez déjà), c’est ma série préférée. Les causes sont multiples et nous l’avons déjà maintes fois expliqué lors de nos octopodcasts, et en particulier dans l’épisode 5, consacré aux 30 ans de la série.

breath-of-the-wild_g3en

Cette série a bercé ma jeunesse.  

Ce que j’en retiens ? Son immense capacité à me faire voyager (de mon canapé) et à me faire rêver. Je suis un grand rêveur, qui aime la pureté et la magie de notre monde. En cela je me retrouve toujours dans l’œuvre de Nintendo. Et encore plus dans le dernier épisode en date, un vrai appel de la nature et à l’aventure. D’ailleurs, cette série est celle qui me procure le plus de souvenirs de toute ma vie de joueur, pas vous ? Si je vous dis A Link to the past, Link’s awakening, Ocarina of time, Majora’s mask etc., combien d’images vous viennent à l’esprit ? De sons ?? De musiques ?? De boss épiques ???

news_illustre_1423262020_2

Mais Zelda c’est aussi cet appel de l’aventure, cette tentation de la découverte, dans un monde magique et enchanteur. Je connais mieux tous les recoins d’Hyrule que mon propre pays, c’est dire ! À chaque Zelda, on repart dans une histoire qui ne se démode pas, une confrontation inépuisable entre le bien et le mal, sans cesse rallumée par ce triangle vertueux qui fait que Link ne serait pas héroïque si Ganon n’était pas son alter ego maléfique. Lien entre les deux ennemis, Zelda ne serait pas si belle et forte si Link n’était pas son preux chevalier. Finalement, Zelda est bien notre conte de fées à nous gamers bientôt quadragénaires, loin des mièvreries de Disney.

Pas de flingues, pas de sang

Pour moi, l’univers de la série offre une pause dans notre actualité déchirée par la médiocrité et la haine. Ici, on évite de prendre le joueur par la main à coup de bla-bla incessants, de cinématiques pompeuses qui singent l’industrie du cinéma. Pas de flingues, pas de sang. J’aime l’approche narrative simpliste de la série. Breath of the Wild rompt avec les canons de la série en laissant intelligemment le choix au joueur de son parcours, fuyant le système « GPSbisosft » qui tue l’immersion. Ci-dessous une vidéo qui reflète bien ma pensée.

On vous expose l’enjeu dès le début, à vous d’y parvenir. En cela, le fait que Link ne parle pas permet une plus forte identification avec le personnage. Miyamoto a toujours voulu que nous soyons le héros. Et pour moi la façon dont Nintendo reste inflexible sur le fait que Link ne parle pas est primordiale (et d’ailleurs BOW l’explique avec une grande intelligence). Je suis Link, je suis le héros. Dans la majorité des œuvres, on nous propose des personnages souvent caricaturaux, et auxquels nous ne pouvons nous identifier, car étant créés de toutes pièces. La série des Zelda ne cherche pas à ressembler à la réalité.  Cela reste du jeu, dont sa vocation première et de nous faire voyager, rêver et bien sûr prendre du plaisir.

Nintendo a tapé un grand coup avec Breath of the Wild

Je peux aisément comprendre que la série n’a pas la même influence sur tout le monde. Pourtant, ce dernier épisode en date, qui a conquis beaucoup de joueurs, est MON JEU ULTIME. Nintendo a tapé un grand coup avec Breath of the Wild qui bouleverse autant notre industrie que Ocarina Of Time à son époque. J’ai abordé ce Zelda avec le moins d’informations possible. J’ai fait le choix de ne jamais regarder autre chose que les trailers. J’ai fait un blocus complet sur les infos et tests du jeu. Ceci, je pense, a été bénéfique pour me forger mon avis, manette en main.  Cela n’a pas été facile, car je dois dire que ce Zelda était le jeu que j’attendais le plus.

À ce stade du post, je dois me confesser, ami octolecteur : je commence à prendre du recul avec le jeu video. Aucun jeu sorti récemment ne m’a donné l’envie d’aller au bout. J’ai coup sur coup laissé tomber Final Fantasy 15, Mirror’s edge, Watch Dogs 2, Alien Isolation, et j’ai même SUBI Uncharted 4, dont je ne me souviens même plus d’ailleurs. Heureusement que j’ai pu avoir ma dose de jeux Nintendo sur ma WII U, avec des jeux funs et colorés.  Afin de préparer au mieux l’arrivée de l’enfant prodige, je me suis refait les remakes de Wind Waker et Twilight Princess. Un plaisir retrouvé, et un ressenti nostalgique qui m’a fait dire à haute voix que Link m’avait manqué. Une centaine d’heures d’aventure, de magie et de plaisir retrouvés sur ces deux jeux et me voilà fin prêt à aborder LE MONUMENT Breath of the Wild.

the-legend-of-zelda-breath-of-the-wind-things-to-do

J’allais vivre une expérience inoubliable

Parlons de l’intro du jeu. Je ne sais pas vous, mais j’en ai plus que marre de ces intros de jeu où on doit passer par moult blabla et tutoriaux lourdingues (je pense à toi Yakuza 0).  Breath of the wild, me rappelle l’introduction parfaite d’A link to the Past. On se réveille, on ne sait pas trop ce qui nous arrive, et on part pour l’aventure sans trop savoir où elle va nous mener.  Seul, sans chichi, sans blabla.  Pour ceux  qui l’ont fait, j’ai su dès la sortie de la grotte avec le travelling arrière sur Hyrule, que j’allais vivre une expérience inoubliable. Le monde semblait si vaste, que j’ai immédiatement pris conscience de l’ampleur de la tâche (ou de l’aventure) qui m’attendait. Les premiers pas se veulent fébriles, on découvre un Hyrule en ruine…  l’ambiance,  calme, épurée et colorée  me rappelle qu’on est bien loin du bruit, de la fureur et de la violence des productions actuelles.

Parlons technique désormais. Oui, nous sommes sur une console moins puissante que les Xbox ou PS4 tera-floppées à mort. Mais pourtant le jeu est magnifique. Alors oui, je vois d’ici les contestataires qui vont dire que sur PS4 les jeux auraient eu de plus belles textures et un meilleur framerate. Les amis, je vous répondrai que ce qui fait la beauté d’un jeu c’est sa dimension artistique, pas technique. Personnellement, je trouve que Nintendo a fait le bon choix de design en proposant un style mi-animé, mi-cellshading.  La beauté d’Hyrule tient aussi aux détails que Nintendo a intégrés au jeu. Le vent dans les herbes hautes, le reflet verdoyant des prairies,  les oiseaux qui s’envolent, les chevaux galopant dans la nature crinière au vent, les lucioles qui brillent à la tombée de la nuit.

the-legend-of-zelda-breath-of-the-wild-01-16-17-34-1140x640

Les effets de lumières ne sont pas en reste, avec de  somptueux couchers de soleil : je suis photographe amateur, et je peux vous dire que Nintendo a bien respecté l’heure dorée et les magnifiques couleurs que cela donne à la Terre. Comme si Nintendo voulait nous pousser à apprécier la nature, pour ce qu’elle nous donne. Je retrouve d’ailleurs bien ici la philosophie japonaise, de la pureté à l’épuré, d’apprécier simplement et sans effet dramatique supplémentaire (musique lourdingue) la beauté de ce monde.  Bref, sans être photo-réaliste, le jeu m’a mis une claque phénoménale, et sincèrement au risque de me faire troller, c’est le plus beau jeu auquel j’ai joué… de ma vie !

2017030601040900-f1c11a22faee3b82f21b330e1b786a39

Le gameplay n’est pas en reste, et Link se manie avec aisance. Maniabilité hyper souple, sensations manette en main parfaite et précise, notamment avec la manette Pro, donc le gyroscope fait des merveilles pour être super précis avec son arc. Autre point fort, la caméra : ni trop rapide, ni trop lente, elle permet de choisir un angle de vue parfait, quelle que soit la situation dans laquelle on se trouve.  D’ailleurs, j’ai pris un malin plaisir à jouer avec, afin de profiter de mes belles chevauchées dans les plaines d’Hyrule, en profitant de la qualité d’animation et des somptueux paysages. Cette baffe graphique fut pour moi l’occasion de réaliser de splendides screenshots de mon aventure : merci Nintendo d’avoir implanté cette feature dans la switch ! Je sais, ce n’est pas nouveau – la PS4 le fait – mais avec ce Zelda, cela prend tout son sens : l’idée première du jeu et du game-design, c’est le plaisir de la découverte. Je ne vous mens pas, j’ai bien dû prendre 2000 clichés de mon aventure… cela représente exactement 2000 moments où je me suis dit « Punaise, que c’est beau ».

Je n’oublie pas non plus la qualité de l’animation. Quel kif de voir bouger les cheveux de Link au vent, mais aussi les arbres, les hautes herbes. Vous allez me dire que ce n’est pas nouveau, et que Witcher 3 le faisait super Bien. Oui, mais voilà, dans Witcher 3, même si l’effet provoquait son Woua effect, sur Zelda cela donne simplement vie à Hyrule. Vous l’aurez compris, BOW a touché mon cœur de rêveur…  et je n’ai eu de cesse de m’extasier tout au long de mes 130 heures de jeu.

legend-of-zelda-breath-of-the-wild-2-1

Je pratique le jeu vidéo pour rêver et m’évader

Vous allez me reprocher d’être un vendu à la cause de Nintendo, que BOW est à la traîne techniquement par rapport aux productions PS4 et consorts, que son histoire est insipide …   Et bien, je ne peux qu’affirmer que je pratique le jeu vidéo pour rêver et m’évader, non pas pour m’extasier devant de belles textures qui cherchent à reproduire la réalité, où suivre un scénario qui copie mal le cinéma.

Ici point de tutoriels tuent la mort ou d’histoires sans queue ni tête : dès le départ le joueur comprend la valeur de sa quête. Pour ma part, j’ai perçu le mal, et ce que je devais devenir, me préparer lentement à affronter mon destin. Mon imagination a fait le reste, comme à l’époque d’A Link to The Past. Mention spéciale aux cinématiques, peu nombreuses mais toutes parfaitement maitrisées. Et pour la première fois avec des voix in-game. C’est un plus indéniable, d’autant que la qualité de doublage est parfaite.

zeldabotw01-800x410

J’accepte volontiers que des gens aient pu être lassés, voire déçus par ce Zelda. Je me souviens d’une discussion avec mon compère Octopaddaone, qui trouvait que les donjons manquaient à l’appel. Pour ma part, je salue le courage de Nintendo d’avoir complément bouleversé sa série. J’ai vraiment l’impression que de très longues sessions de brainstorming ont eu lieu à Kyoto pour apporter de la fraîcheur à une série trentenaire, mais aussi pour définir leur vision de l’open world. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : pour moi Breath of the Wild met un grand coup de pied au cul à tous les open world actuels. La vision de Nintendo est simple : créer un monde cohérent,  par le biais du Game design. Pousser l’exploration en forçant le joueur à aller de partout… et j’ai bien dit de PARTOUT. Ici point de frustrations à se cogner contre un mur invisible, ou bien voir une montagne et se dire qu’on ne peut pas grimper dessus.  C’est un rêve qui se réalise pour moi ! Souvenez-vous la première image du jeu par Aonouma il nous disait : « voyez-vous la colline là-bas ? Et bien vous pourrez y aller.  Et par plusieurs chemins ». Promesse tenue, et point de Bullshit (hein UBISOFT ???).

zelda-okok

Nintendo pour un premier essai d’open world réalise un coup de génie. Voilà, Messieurs les programmeurs, voici notre vision du jeu vidéo semble proclamer Nintendo. Il n’est pas rare de lire ici ou là, qu’il y aura un avant et un après Breath of the Wild. Beaucoup vont me troller : tu vas voir ce que va nous pondre Rockstar avec son Red Dead Redemption 2… Eh bien non les gars. Si Rockstar se concentre sur l’histoire, je reste persuadé que n’importe lesquel de ses jeux n’auront jamais la même finesse ou l’intelligence du gameplay d’une production Nintendo. Et puis pour fermer le ban, je suis sans doute mauvais public : le Far West me branche bien moins qu’Hyrule ;).

L’heure est grave mes amis, je pense que pour moi la page se tourne, enfin.

Voilà, je pourrais continuer des heures à parler de l’impact qu’a eu le jeu sur moi. Sans détour : j’ai joué au jeu de ma vie. Mais après une telle expérience, comment retrouver le chemin d’autres expériences sans lassitude ? N’est-ce pas le moment de m’arrêter de jouer au jeu vidéo ? Voilà la question que je me suis posée après l’incontournable générique de fin. La réponse reste en suspens. J’ai bien essayé de remettre un pied à l’étrier. Mais l’envie n’est plus là… Link, pourquoi m’as-tu fait cela… et je reste sans réponse devant le silence de mon comparse.

Pourtant, j’ai tenté de prendre le Lynel par les cornes. J’ai misé sur Yakuza 0 pour retrouver la flamme. Quoi de mieux qu’un jeu se déroulant au Japon pour rebondir…  Même pas une heure manette en main et le jeu est passé par la fenêtre… Bon ok,  je sors l’artillerie lourde alors ? Nier Automata, un jeu à la critique dithyrambique par les mecs géniaux de Platinum Games… c’est parfait !! Mais trois heures de jeu plus tard, le jeu ainsi que toute ma collection PS4 sont passés par « la case vente » auprès de l’agitateur de curiosité.

L’heure est grave mes amis, je pense que pour moi la page se tourne, enfin. Et qu’il est temps de ranger les paddles au placard. A moins que…. de la lumière, oui je revois de la lumière…   Aiiiiilllllllleeeeeeee… punaise je viens de prendre un méchant uppercut….  Merci ARMS,  c’est peut-être ce qu’il me fallait ! Allez je repars sur ma Switch, merci Nintendo !

h2x1_nswitch_arms

10
Après cela on peut arrêter de jouer !! (lâché de micro)

The Good

  • L'aventure avec un grand A, un pur chef d’œuvre !
  • Nintendo revisite le monde ouvert et révolutionne le genre !!
  • Nintendo bouscule les codes de sa série (pour le meilleur, n'en déplaise à Octo ;-)
  • Un monde gigantesque et une durée de vie COLOSSALE
  • Un Hyrule, magique, enchanteur et féérique
  • Une histoire qui tient la route
  • un challenge de taille pour qui veut le torcher à 100 %
  • l'envie d'y retourner avec les DLC

The Bad

  • Et puis quoi encore, vous ne ferez jamais dire du mal de ce chef d’œuvre !
10 Octofun ?
10 Adapté à une vie de papagamer ?
Hujyo

Vieux sage de la bande, qui traîne derrière lui des années de pratique, il déteste quand le JV n’est qu’esbroufe graphique et se demande alors s’il n’est pas trop vieux pour ces conneries. Fan de Big N – assumé et revendiqué – il refuse le bullshit et veut du jeu, tout simplement.

15 commentaires
  1. TomTom
    7 Juil. 2017 à 10:46 -----> lui répondre

    Ah la la, mais c’est terrible ça! À chaque article que je lis sur ce Zelda, ça me donne trop envie d’y jouer! Mais pourtant qu’est-ce que j’ai peur de m’y faire chier!
    Il faut dire que je n’étais pas bien fan des open world modernes à la base mais The Division a fini de me vacciner contre les déplacements interminables pour relier un point à l’autre bout de la map…

    Cependant, je me retrouve dans pas mal de points de ton (très enthousiasmant) article et je me dis que ce jeu mérite vraiment une autre chance, une vraie. Parce qu’à l’essayer 10 minutes sur un coin de table, on n’est pas dans l’ambiance et on a vite faite de pester contre ci ou ça…
    Les jeux récents auxquels je me suis essayé m’ont au mieux ennuyé (et souvent déprimé/désespéré/déçu/frustré…) et à part les parties de Gears 4 avec les copains, ça fait un moment qu’un jeu ne m’a pas fait rêver… alors forcément, un article pareil, ça rend un peu jaloux!

    1. hujyo
      8 Juil. 2017 à 13:41 -----> lui répondre

      Tu as exactement le même ressenti que moi, notamment sur les jeux open world. Mais rapidement toutes mes craintes ont été balayées par le génie du Game design de Nintendo. Je te souhaite vraiment de jouer à ce chef d’oeuvre, et j’espère également qu’il aura le même impact sur toi. Et si tu joues au jeu, tu t’apercevras que Nintendo a dû construire son monde ouvert en jouant et en jouant encore. Tu auras vraiment ce sentiment qu’à chaque colline gravie tu trouveras quelque chose. Ou bien chaque petit bosquet; chaque cours d’eau … bref je ne me suis pas ennuyé une seconde, et je n’ai jamais eu ce sentiment de lassitude. ce Zelda est vraiment un rêve de gosse, l’aboutissement de ce que j’imaginais quand je jouais à Zelda 3. Rappelle-toi quand tu venais d’arriver dans le dark world dans Zelda 3 et que tu vois un montage ensoleillé au loin, mais que cela restait un décor. Et bien ici tu pourras tout simplement y aller. Ne crains pas non plus de te disperser dans le monde, encore une fois tu verras avec quel génie Nintendo dilue son histoire à travers ton voyage dans ce magnifique HYrule.

      voilà fait toi ta propre opinion, mais j’espère vraiment que tu y trouveras le plaisir que tu recherches. .. d’ailleurs moi j’y retourne, car les DLC sont excellents et permettent de replonger dans le monde magique ( et sans lassitude )
      PS : N’hésite pas à partager ton avis si tu joues

  2. lamyfritz
    8 Juil. 2017 à 06:53 -----> lui répondre

    Ahhh ça fait plaisir un article de Hujyo, et puis quel article ! Ma franchise préférée ! J’espère jouer à ce jeu un jour, qui sera lointain, forcément, je sais simplement que ce n’est pas encore le moment pour moi d’avoir cette expérience là. C’est marrant parce que tu dis que c’est ton dernier jeu vidéo avant de tourner la page (il y a 6 mois on en entendait autant du dernier Metal Gear… hum hum…) et j’ai exactement la même sensation avec Zelda Ocarina of Time, dont j’attends un remake digne de ce nom (les vidéos de Cryzenx laissent présager un bon potentiel) : depuis Ocarina, qui m’a donné une sensation d’achèvement, j’ai pratiquement décroché du JV avec quelques rares exceptions comme Half Life ou d’autres Zelda ultérieurs. Puisqu’on perle de CryzenX, il vient de faire son village cocorico sous le moteur d’unreal :
    https://m.youtube.com/watch?time_continue=15&ebc=ANyPxKqxzeTL5zF6oN9lirjEdwfOO9nCu0Ud7P9Tf_C9p5PdMV9bAHsB17CT7eVPYQnyES0JY43WC43k0Gjpmn4JmmXjXFsPOA&v=h_kcmHKWgfU

    1. hujyo
      8 Juil. 2017 à 13:52 -----> lui répondre

      Merci pour ton commentaire. Effectivement tu sais que l’après-MGSV à été difficile … car l’expérience vécue rend les autres vraiment fades. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que ce constat post-Zelda, intervient aussi sur 1 année et demi environ sur lequel je trouve les productions AAA vraiment ennuyeux. Je ne finis plus les jeux (sur PS4). Un peu comme si j’avais plus l’âge pour ces conneries. Pourtant je trouve du plaisir chez Nintendo. Dans ce Zelda Bien sur, mais aussi sur du Mario Kart, Arms et bientôt Splatoon.
      C’est marrant, car à chaque période PlayStation, après l’excitation du début, je suis toujours revenu vers d’autres consoles pour me consacrer qu’a celle-ci.
      à l’époque PlayStation, je suis revenu sur N64 (grâce à Zelda) et j’y suis resté
      à l’époque PS2, je suis allé vers la Dreamcast, puis vers la Gamecube où je me suis éclaté comme jamais
      Puis PS3 et 4 ou finalement, je reviens aussi vers Nintendo, car la prod ne me séduit plus du tout chez Sony

      Enfin un paramètre qui colle bien à nos années papa-gamer, je trouve pratique de ce concentrer sur une seule machine. Déjà on rentabilise ses jeux. On perd moins de temps à jouer à des jeux moyens. Et on économise pour faire un voyage au Japon par exemple !!!

      Bref, je retrouve aujourd’hui grâce à la SWITCH, mes belles années Gamecube, où je ne regardais pas ce qui se faisait ailleurs, mais où je me suis amusé comme jamais.

  3. octopaddaone
    9 Juil. 2017 à 11:20 -----> lui répondre

    Bon je vais faire le paddle noir (sic), perso moi j’arrive à me faire plaisir sur PS4 : ma dernière belle découverte, Horizon zero Dawn, un AAA de qualité comme le fut FFXV tant décrié et pourtant je me suis bien éclaté. Après, oui cela dépend ce que certains cherchent dans le JV, mon best-of : fun, flatte la rétine et surtout son histoire, … moi faut que l’histoire me porte et m’intéresse. Zelda m’a bien plu (même si pour les donjons quel dommage que ces derniers aient presque disparus, m’enfin je ne veux pas faire le vieux con !). En tout cas chapeau pour ton article, cela fait plaiz’ de lire ta prose !

    1. hujyo
      9 Juil. 2017 à 12:52 -----> lui répondre

      Merci vieux, tiens pour argumenter sur l’absence de donjon, je te conseillerais de te refaire twilight princess et skyward sword. avec ces deux jeux-là, tu vas bien te retourner le cerveau sur les donjons. Enfin j’imagine que maintenant que Nintendo a bien révolutionné l’open world, ils vont pousser plus loin le concept en ajoutant les donjons dans un nouvel Hyrule. J’ai toute confiance pour un nouveau Zelda dans la continuité de celui-ci avec des donjons ….

      Prochain post, un test bien cogneur sur Arms, le jeu bien fun de Nintendo, ou le renouveau du jeu de combat …

      1. TomTom
        9 Juil. 2017 à 14:09 -----> lui répondre

        Tiens je suis curieux de voir un test d’Arms qui m’expliquerait ce que ça apporte vraiment par rapport à la boxe de Wii sport (voire par rapport aux jeux Eye Toy du même genre)! Parce que pour le moment, à part quelques coups spéciaux et des graphismes (beaucoup) plus aboutis, ça a l’air dans la même veine…

  4. Procope (@TheProcope)
    21 Août. 2017 à 19:54 -----> lui répondre

    Tiens, j’ai connu ce sentiment en 2002 après avoir fini Shenmue 2. Résultat j’ai arrêté de jouer pendant près de dix ans !
    Je n’ai pas encore fait le Zelda, j’attends Xenoblade 2 pour prendre la Switch. Mon meilleur pote arrête de me casser les pieds avec, donc j’ai hâte de le faire, mais avec appréhension car j’ai beaucoup de mal justement avec le point fort que vous soulevez : la liberté ! Je préfère les jeux scriptés, avec des personnages très écrits, pas trop de quêtes annexes, pas de loot… Déjà Witcher 3 c’était limite. Je peux pas m’identifier avec un lutin de 12 ans de toute façon (je troll gentiment).

  5. octopaddaone
    21 Août. 2017 à 23:04 -----> lui répondre

    Pour ma part ce Zelda divisera : c’est un grand jeu, il n’y a pas à chipoter, un très bon zelda, mais d’un autre côté, sa prise à contre-pied des habitudes de la série me chagrine : l’absence de vrais défis dans des donjons structurés (les sanctuaires ou les 4 divinités ne sont que des apéritifs !) qui font le sel de la série me manque cruellement. Après Nintendo a voulu transformer sa série, ce qui peut plaire à d’autres, et il est vrai que le monde ouvert est bluffant, surtout pour une console qui n’a pas dans le ventre des capacités de ouf… mais Big N nous a toujours habitué à maîtriser son hardware, et ce avec brio.

    Pour moi MGSV restera le vrai coup de coeur, tant par son histoire, son gameplay et question identification Big Boss qui dépasse allégrement la quarantaine, çà me va mieux qu’un pubère en short vert qui n’arrive toujours pas a pécho depuis 30 ans Zelda 😉

    ici notre test à 2 voix sur ce super jeu : https://octopaddle.wordpress.com/2016/06/10/retro-test41-1-mgsv-un-jeu-deux-visions-part-1/

    1. Procope (@TheProcope)
      22 Août. 2017 à 20:17 -----> lui répondre

      J’ai lu, sauf la deuxième partie avec les spoilers, et ça m’a donné envie de remettre la galette quand les enfants seront couchés ce soir.

  6. Procope (@TheProcope)
    22 Août. 2017 à 06:44 -----> lui répondre

    Que ce soit un très, très grand jeu, je n’en ai aucun doute, mais ce n’est pas parce que c’est un grand jeu que ça convient à tout le monde. Mon pote m’a dit qu’il était pas certain que ça me fasse kiffer. Je lirais ton article sur MGS5, jeu que j’ai acheté day one, que j’attendais comme le messie, auxquel j’ai joué une dizaine d’heures avant de ne plus le toucher pendant un an et demi… Le fait que je puisse jouer parfois 5h sans que le scénario avance d’un iota m’a vraiment déstabilisé. Perso, les derniers grands jeux auxquels j’ai joué c’est Uncharted 4, Persona 5, Dishonored 2, Prey, Deus Ex Mankind Divided…

  7. octopaddaone
    22 Août. 2017 à 08:16 -----> lui répondre

    Oui, comme on le dit toujours ici chaque jeu dépend vraiement de son propre ressenti, et on revient à l’inutilité de la presse JV actuelle quand elle se base sur du clic et des news de nos jours, à la différence de son influence lors de nos jeunes années où la naïveté nous faisait prendre des vessies pour des lanternes(ouach l’expression). Sur le lot de jeux que tu cites, à part Prey et Dishonored 2 (sous blister chez moi), j’ai été très déçu des autres jeux, trop mou, manque de rythme et tres répétitifs (Persona 5).

  8. Procope (@TheProcope)
    22 Août. 2017 à 11:26 -----> lui répondre

    Je ne sais pas si elle avait beaucoup d’influence, dans le sens où, en ce qui me concerne, je n’avais aucun pouvoir d’achat et, quand j’en ai eu, j’allais à peu près à l’encontre de mes petits camarades et de la presse grand public dans mes choix de jeu et de consoles.
    Sur mes favoris de l’année dernière, 3 se sont méchamment pétés la gueule commercialement, donc je me rends compte que ce décalage-là est toujours d’actualité…

  9. Wendy Le Gall
    12 Sep. 2017 à 12:13 -----> lui répondre

    Coucou,
    J’ai été conquise par Zelda: Breath of the Wild ! Franchement, je trouve que tous les éléments ont été réunis pour nous proposer un bon jeu. On a eu droit à des personnages attachants et les quêtes étaient vraiment intéressantes.

  10. Wendy Le Gall
    15 Sep. 2017 à 06:10 -----> lui répondre

    Ce blog est génial ! Merci pour l’accueil, lol. Mama, pas encore, mais j’espère que ce sera pour bientôt. A+

Laisser un commentaire

013668188f783a7629c5e2606e8454ca/////////////////
%d blogueurs aiment cette page :