Vos comm’

Nos podcasts

Octo’FM

 

Twittos

[à voir en famille] Les « Miyazaki » pour ses gamins

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis mon déménagement, plus de télé : il faut donc se débrouiller avec des DVDs divers et variés pour occuper ces gosses de papagamer pendant un mois de Mai (et bientôt Juin) particulièrement pluvieux. Petite sélection personnelle qui n’a rien d’imposée (loin de moi l’envie de faire des clones geeks de ma progéniture).

L’avantage du no TV @ home : finis les shows débiles h24 du style Robocar Poli, Sam le Pompier ou Wubbzy l’écureuil cocaïnomane (exemple en vidéo ci-dessous) sans parler des Lapins Crétins et autres Garfield survoltés du service public. Avec ce dernier, on est bien loin de l’esprit de la bande dessinée de Jim Davis, originellement hyper statique, en seulement trois cases et à l’humour décalé, parfois imperceptible…

Ceci dit, avec les dessins animés du moment, on est encore plus éloigné des superbes dessins animés « pédagogiques » des années 80 et qui fonctionnent encore très bien avec les enfants d’aujourd’hui, n’en déplaisent aux nouveaux ministres de l’éducation nationale et aux inspecteurs d’académie.


Depuis 6 mois, donc, dans notre foyer, les dessins animés sont fournis à la demande, et exclusivement sur DVDs : longs métrages ou séries intégrales au programme, avec l’idée d’avoir une véritable histoire avec un début et une fin (ras le bol de ces séries qui accumulent les one-shot ineptes). Des DVDs, j’en accumule pas mal depuis mes années d’étudiant et je me suis toujours dit : « ça, ça pourra servir pour mes gosses ». Coup de pot, ils adorent. Comme quoi la valeur artistique d’une œuvre prime sur son aspect commercial. Ainsi, mes gosses ont un faible pour les longs métrages de Miyazaki. Et je ne les ai pas forcés.

Pourquoi celà me fait-il tout particulièrement plaisir ?

On a tendance à l’oublier, mais Hayao Miyazaki, c’est toute une époque : celle de l’essor progressif du jeu vidéo 8 et 16 bits, d’un âge d’or poussiéreux et révolu. Celà se ressent dans les codes narratifs, l’esthétique, et la musique même de ses œuvres. On sent bien qu’au Japon, déjà, dans les années 80 et 90, les genres commençaient à s’interpénétrer. Un Samurai Shodown IV a clairement le même bagage génétique qu’un Princesse Mononoké.


Vous allez me dire « c’est le papagamer qui parle » : en effet, je suis obligé d’être un peu raccord, toute culture geek mise à part, car je suis précisément dans ma période annuelle où je ne touche plus au paddle – déformation familiale oblige – donc il faut bien que je me justifie. Néanmoins, la plupart des films de Miyazaki sont sortis en France rétroactivement, d’où le fait qu’on ait tendance à les assimiler à des préoccupations plus tardives : navré de vous décevoir, mais Nausicaa ou la Vallée du Vent n’a rien à voir avec EELV ni avec la Playstation One et FF7. Bon, vue l’esthétique générale, vous vous en étiez doutés. Ou pas ?


Miyazaki raconte véritablement quelque chose, et se pose dans un système de valeurs et de filiation. Et c’est là sa ligne de conduite. Ses longs métrages ne sont pas un prétexte pour vendre des figurines. Ils offrent plusieurs niveaux de lecture – un niveau pour enfants et un niveau pour adultes – chose qu’on n’a pas vraiment vue en occident avant le travail de Pixar, avec les Shrek ou plus récemment Vice-Versa.


La teneur humaniste, spirituelle et le sens du sacré (mais sans pour autant tomber dans le new age ni dans le féminisme de caniveau) de Miyazaki a été saluée à de nombreuses reprises par la presse comme un vent de fraîcheur sur le monde du cinéma dans son ensemble, permettant au Studio Ghibli de percer en France et de créer un véritable phénomène culturel. Ainsi, Miyazaki nous invite au voyage et au mythe, tout en incitant à la tolérance et à la paix entre les peuples (bon ok, j’arrête le politiquement correct).


Même si c’est parfois de façon naïve, Miyazaki pose l’amour au sens noble et l’acte créatif au sens large en tant que magie véritable des êtres humains. A l’instar d’un Jodorowski, il nous propose une véritable religion athée et citoyenne qui renoue avec la tradition du conte comme moyen, but et fin en soi. Une thérapie qui ne s’encombre pas de croyances, en somme. Rien de tel que de transmettre ces valeurs à ses propres enfants à l’heure actuelle.


Pour couronner le tout, le langage de ces longs métrages est plutôt châtié. Bien qu’en tant qu’adultes papgamers nous préférons (forcément) la version japonaise sous-titrée, nous pouvons saluer le travail de traduction et de doublage de ces films. Ceci n’est pas vrai pour un Samurai Champloo de Shinichiro Watanabe, série culte et à la base superbe, mais que le doublage français proscrit complètement pour un usage familial.


TOP 10 actuellement de ce que mes enfants préfèrent (mais ça dépend un peu de l’humeur du moment) :

1) Ponyo sur la falaise près de la mer
2) Princesse Mononoké
3) Mon voisin Totoro
4) Kiki la Petite Sorcière
5) Le Château dans le Ciel
6) La série animée « Sherlock Holmes »
7) Le vent se lève
8) Le château de Cagliostro
9) Porco Rosso
10) Le Château Ambulant

Le Voyage de Chihiro n’arrive qu’à la 11e place en dépit de sa grande qualité, mais c’est parce que nous ne l’avons pas encore en DVD… Il faut en effet savoir ménager ses effets… !

Lamyfritz

Vieux flibustier chiqueur de pixel et écumeur de poulpe, retiré avec femme et enfants. Engagé comme matelot au temps de l’Amstrad puis comme corsaire à bord de la Megadrive, il décime l’armada 8-bits et harcèle les navires de chez Nintendo. Le PC lui permet d’être son propre capitaine mais il rêve toujours de cette époque d’aventures où le jeu vidéo était encore terra incognita.

4 commentaires
  1. octopaddaone
    1 Juin. 2016 à 21:53 -----> lui répondre

    Superbe idée ce classement, cela me donne du grain à moudre et évitera les Robocar Poli abrutissant !

  2. lamyfritz
    2 Juin. 2016 à 19:05 -----> lui répondre

    En famille on s’est amusés à pasticher la chanson de Robocar Poli : « Quelle équipe, tout merdique, Robocar Pourri… Ils sont là, pour vous gaver et ils vont bien vous faire chieeeeeer ! Nos amis, tous moisis, Robocar Pourri, inutile de les appeler, ils se foutent du danger…  » Etc.

  3. lamyfritz
    16 Nov. 2016 à 16:39 -----> lui répondre

    En ce moment, mes gosses (7 et 3 ans) sont raides dingues de « Nausicaa de la Vallée du Vent », ainsi que de « Panda Ko Panda », tous deux des oeuvres plus anciennes de Miyazaki.

  4. melkiok
    6 Août. 2017 à 11:56 -----> lui répondre

    Beau rapprochement entre JV et l’œuvre de Miyazaki auquel je n’avais jamais songé
    J’aurais bien du mal à faire un tel classement tant pour moi chaque métrage est une pépite à part entière (avec un bémol sur Ponyo et Le vent se Lève quand même)
    Bonne remarque sur l’univers Athée même si beaucoup de ces films sont emprunts de la religion Shinto (Mononoke,Totoro, Chihiro dans une moindre mesure…)

    Ce n’est pas de ce grand monsieur mais j’ai découvert cette semaine Mes voisins les Yamada
    Je te le conseil fortement, complètement différent de l’univers fantasmagorique de ce cher car ici on suit les péripéties du quotidien d’une famille moyenne Japonsaise.

    Et bonus conseil avec le passionnant docu sur Miyazaki : The Kingdom of Dreams and Madness
    A voir absolument (pas dispo dans nos contrées je me l’étais procuré par des moyens underground)
    https://www.kanpai.fr/culture-japonaise/royaume-reves-folie-documentaire-ghibli

Laisser un commentaire

9dd9733684d0d01cac6cd7a677b31b69XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
%d blogueurs aiment cette page :