Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[Rêvevolution] Internet, nouvel outil de lutte ?

Le papagamer, curieuse espèce mi-organique mi-junkfood en excès, et aussi, chers octolecteurs un citoyen, actif dans la cité à différentes échelles la trentaine dépassée. Et au vu de la place que prend internet dans nos vies, petit retour sur son aspect plus politique (non, ce n’est pas sale). octo coulLe papagamer à l’image de la charmante mascotte céphalopode benthique du site,  est doué de nombreuses tentacules lui permettant de jongler avec plusieurs casquettes : papa, gamer, salarié, époux mais aussi jardinier, bricoleur, réparateur de jouets et autres talents culinaires (entourez la bonne réponse). Et au sein de ces nouvelles casquettes, se trouve une nouveauté technologique qui a bouleversé pas mal de choses dans nos vies, et notamment les formes de militantismes et de contestations sociales : Internet.

Certes, Internet c’est aussi le refuge des trolls et autres tocards 2.0 – qui facilite bon nombres de dérapages délétères sous le couvert apparent de l’anonymat du clavier. Cependant, Internet c’est aussi bien plus : comment ne pas être sidéré devant la masse de données, d’échanges d’informations possibles, de mises en contact d’individus à l’autre bout du monde et du clavier… Ha je vais plonger dans mes souvenirs de vieux … gamer et de mes premiers émois via internet ! Branche le magnéto Serge, rétronostalgeek en action…

Punaise que c’est vieux

Que de souvenirs de mes premiers émois vis-à-vis Internet (entre autres hein 😉 : au lycée (1998) avec ma première approche, puis mon premier courriel lors d’un voyage à l’autre bout du monde (consulté en France par la famille via… le minitel mec, yeah !) ou encore la recherche d’info, de textes sur mes groupes de zik’ favoris (du bon gros son avec Rage against the machine à la bibliothèque municipale, punaise que c’est vieux)…

N’est-il pas curieux le destin de cet outil ?

Le sous-commandant Marcos, le « Che » des années 90

Et bien sûr les infos, critiques et la flamme de la révolte qui bouillonnait ! Zapata forever ! Chiapas ! Viva la Revolución ! Une ouverture sur d’autres mondes en somme. N’est-il pas curieux le destin de cet outil dénommé hier Arpanet, destiné à faciliter dans les années 60 les échanges entre scientifiques et permettre de faire face à une éventuelle destruction des moyens de communication classiques en cas de conflit avec le bloc de l’Est ? Car ce fantastique moyen de communication et d’échanges d’information a forcément contribué à diffuser bon nombre d’idées et de combats à grande échelle. Pour ma part ma passion pour le monde virtuel du net (avec sa bibliothèque démente), fut liée au fantasme de tout jeune des 80’/90′ de l’utiliser comme le proposait le film Wargames ou encore Tron, et surtout le film culte de ma génération geek le grand Matrix (1999) des frères/ soeurs Wachowski… ha la matrice et sa double (triple, quadruple ?) lecture subversive de nos sociétés… .

 Mais pourquoi un tel écart me diriez-vous ?

Cette petite intro terminée, revenons à notre époque actuelle en l’an de grâce 2016, où désormais le réseau est devenu mondial, fagocité par bon nombre de vautours capitalistes, trolls nazifiant et autres barges…. face  à cela une jeune génération de trentenaire (ou du moins la vingtaine finissant) qui par le web 2.0 communicatifs l’utilise à bon escient pour mobiliser et s’engager. Si vous vivez dans une caverne loin de notre république hollandaise, vous  ne savez pas que la France sous péril terroriste, rogne ses libertés, retombe dans ses pires travers réactionnaires en bidouillant sa Constitution. Mais pourquoi un tel écart me diriez-vous ? Et bien tout cela pour répondre autant à un électorat éloigné de ses valeurs que pour rassurer le bon peuple, dormez la police vieille….

Quand on parle de terrorisme, de guerre contre et de lutte d’une centaine d’abruti-es partis pour servir de carburant à une idéologie meurtrière, on esquive les problématiques sociales au cœur de nos sociétés et les questions tellement plus terre à terre : les inégalités ? A quoi bon ? La pauvreté ? C’est la fatalité ma bonne dame ! Et hop tu la sens ma réforme du code du travail ? Hé oui vous avez bien lu, on en profite honteusement pour dépouiller notre bonne république à terre pour lui bidouiller son code du travail et balancer à la poubelle ce qui protégeait l’ensemble…. heu socialisme cela veut dire quoi ? Allez hop on recycle.

Ceux qui en ont marre d’enfiler des perles

Bref, outre le fait de pouvoir bosser jusqu’à 60h/ semaine (oui, oui certes de manière « exceptionnelle »), se faire payer les heure supp’ 10% (au lieu de 25%) ou de les « récupérer » (ouach, la chance vous aimez la récup’ ? Pour qu’à votre retour vous devrez faire en 3 jours, ce qui se fait normalement en 5)… bref, outre une pétition qui a rassemblée plus d’un million de signatures, un groupe de YouTubers engagés (cela change des autres débiles cyprieno- squezzie) a bien mis le feu aux poudres et donne une parole à la base, à ceux qui en ont marre d’enfiler des perles, bref pour reprendre leur slogan #onvautmieuxqueça !

Les témoignages sont parlants, et tellement générationnels pour ceux qui ont connu ce genre de galère. Un nouveau mouvement social en vue ?

octopaddaone

Tombé dans le JV dès son plus jeune âge et ayant passé toutes les étapes du gamer historique (de Pong à ...), les chemins de la vie l'ont mené sur bien des pistes et différentes expériences, à l'image d'un poulpe et ses nombreux tentacules (forcément pourpres). Ayant obtenu le trophée "papagamer", désormais son rêve de gosse prend forme : écrire des énormités, déchaîner ses passions et regretter... le manque de donjon dans le dernier Zelda.

7 commentaires
  1. lamyfritz
    9 Mar. 2016 à 09:21 -----> lui répondre

    Après « Télé Gaucho »… « Web 2.0 « ? Punaise la société occidentale du travail… le pire c’est qu’on a (et qu’on veut encore) exporter ce modèle, avec les désastres engendrés à tous les niveaux…

  2. lamyfritz
    9 Mar. 2016 à 11:58 -----> lui répondre

    J’ai pas eu le temps de finir mon commentaire tout à l’heure. Pour moi le travail n’est pas une valeur ni une religion et de nombreux événements récents le confirment. Par exemple, les scandales des abattoirs : la valeur travail mène au désastre et à l’inhumanité. De même, les fraudes des compagnies automobiles sur la pollution, sur lesquelles les pouvoirs publics ferment les yeux sous prétexte d’emploi, d’économie, de progrès social… !
    MAIS il y a un mais : le travail tel qu’il est aujourd’hui est forcément compétitif. On a un boulot au détriment de son voisin, on a un concours au détriment de l’autre qui échoue. Tout s’articule autour de cet état de fait. A l’exact inverse, l’école française de Jospin et Meirieu, depuis les années 80, abolissent patiemment la notion de compétition dans les classes, en injectant du bonheur et de la culture postmoderne, en faisant reculer les exigences et le niveau général sous couvert d’égalité des chances. Après on se dit « mince, l’école n’est pas en adéquation avec la société » : pour ce faire, il faudrait qu’elle soit encore plus compétitive, plus sélective, et forcément payante, car dans notre société, si on veut quelque chose, il faut l’acheter ! Mais n’est-ce pas ce qui est en train de se passer ?
    Ces youtubers trentenaires sont les purs produits d’une génération qui se sent trahie car elle a connu cette école gratuite et obligatoire qui les a confortés dans l’idée qu’on pouvait peut être avoir un job de rêve sans en avoir les compétences. A mes yeux, l’école n’est pas l’antichambre de l’usine ou de l’administration, vouée à fabriquer des petits travailleurs ou de petits fonctionnaires, et qui se met finalement au service de la société marchande, en injectant tablettes et hautes technologies, et en créant finalement des consommateurs. L’école, qui devrait être un simple lieu de formation intellectuelle et non une garderie de masse, achète la paix sociale en encourageant tout le monde à y rester le plus longtemps possible (quitte à devenir nuisible à ceux pour qui elle pourrait être vraiment utile) et en déléguant les responsabilités au maillon suivant de la longue chaîne d’assistanat qu’elle est devenue – je vous raconte pas l’était des BTS et des MASTER de nos jours, alors qu’ils attestaient il y a à peine 20 ans d’une véritable qualification de haut niveau, voire d’excellence… ! Le retour a la réalité, pour les trentenaires, est donc brusque : tout le monde n’a pas les capacités de faire le métier qu’il veut, et exercer un métier c’est pour 90% des gens bouffer de la m… tous les matins, mais ce n’est pas un scoop. Comment faire accepter à un jeune qui est resté à l’école jusqu’à 25 ans qu’il faut qu’il bosse à l’usine pour participer à la vie active ? Bah autant pas qu’il l’accepte, il y a d’autres ressources à sa disposition, tant qu’on trouvera des esclaves pour faire les boulots ingrats à sa place : notre société (et son école, en miroir) est construite sur cette illusion.

    Autant je n’accepte pas la réforme du code du travail et je suis d’accord avec les youtubers, autant je n’accepte pas non plus la réforme du collège, qui passe totalement inaperçue, et je pense que dans les deux cas les bonnes solutions sont simples mais radicales, et restent encore à apporter.

  3. melkiok
    14 Mai. 2017 à 11:32 -----> lui répondre

    Totalement d’actualité avec le Macron Leak
    Plaisant de lire ce genre d’article qui pousse un peu les barrières gaming et qui apporte une réfléxion étendue sur nos passions Geek !

    1. lamyfritz
      14 Mai. 2017 à 11:47 -----> lui répondre

      Il faut que je me renseigne sur ce Macron leak.

      1. lamyfritz
        14 Mai. 2017 à 16:32 -----> lui répondre

        Rien trouvé de concret là dessus.

  4. Papagamer© on fire (@octopaddle)
    14 Mai. 2017 à 13:55 -----> lui répondre

    il paraîtrait qu’il a été élu, dingue çà.

  5. lamyfritz
    14 Mai. 2017 à 16:31 -----> lui répondre

    Mais il récupère l’état dans un bon (état).

Laisser un commentaire

69d08e42436870423b7f76846749c51fiiiiiiiii
%d blogueurs aiment cette page :