Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[Seconde dialyse 2015] Mes coups de cœur annuels

Fin d’année oblige, il est l‘heure de jeter un instant un coup d’œil en arrière afin de faire le bilan « papa gamers » de cette foutue année 2015 qui a été noire sur bien des points. D’ailleurs, cela fait du bien d’avoir un média comme le jeu vidéo, qui arrive à nous esquisser un sourire et nous divertir au milieu de ce pessimisme ambiant. Petit bilan perso… .

Avant de rentrer dans mes coups de cœur 2015, deux ou trois constats : 2015 n’a pas été pour moi une année très prolifique en terme de jeux. Non pas que les jeux étaient mauvais ou ne me faisaient pas envie. Non, mais surtout par manque de temps. Il est loin le temps ou je j’enquillais des journées entières de jeux, immergé et fasciné dans leurs univers.

2015, ou la recherche du temps de jeu perdu.

Être papagamer c’est bien, mais on l’a assez répété sur le blog, la principale difficulté pour nous c’est de trouver du temps de jeux. En ce sens, cette année mon temps de jeu s’est fractionné en petite session de 1 heure maximum. Souvent en milieu de soirée, souvent écourté, car rattrapé par la fatigue. Et je tiens d’ailleurs à remercier personnellement Hideo Kojima, qui m’a proposé un Metal Gear Solid V : Phantom Pain entrecoupé en mission de 15 min à 1 h 30 max, le modèle de jeu qui me convient le mieux dans le contexte actuel.

Deuxième constat : le manque d’envie de jouer au AAA.

Souvent noir, bourrin et sans funky attitude. Ras-le-bol des Call Of Duty, FIFA, Halo.. ou encore Assassin’s creed (je n’ai pas tenu 4 heures de jeu avant de le balancer au fond de l’étagère). Cette année j’avais besoin de fun et de fraicheur, d’aventure, de old school. Et où est-ce que je l’ai trouvé ? Chez Nintendo (oui, je sais on va me traiter de vendu !)

Ne vous en déplaise, je me suis éclaté sur Splatoon, Mario kart, Bayonetta 2, Fast racing Neo et je suis en train de kiffer grave Xenoblade Chronicles X et Project Zero 5 et côté old school : Mario Maker et Shovel Knight. J’ai pris un immense plaisir sur Wii U cette année.

Nintendo fidèle à lui-même, propose du fun, de la couleur, du sourire. Et cela fait du bien. Pour moi Splatoon est la réussite de 2015. Ou comment faire la nique à Call of pour ravir le prix du jeu multi de l’année. C’est fun, c’est original, c’est addictif, c’est fendard, c’est couillu. Bref j’y retourne régulièrement avec plaisir. Nintendo, se pose en ambassadeur du fun, et finalement c’est aussi çà le jeu vidéo. Prendre du bon temps, s’amuser, sans forcément chercher le truc mature par excellent et techniquement ultra beau, mais pas passionnant (The Witcher 3 attendra un peu).

Sur une note plus triste, un grand homme nous a quittés cette année, Satoru Iwata. Un président de compagnie hors norme, qui de par sa disparition a ému le monde du jeu vidéo. RIP M. Iwata

Troisième constat : J’ai acheté beaucoup moins de jeux en 2015.

Vous allez me dire normal, tu as plus le temps de jouer. Certes, mais je vous répondrais aussi que j’ai pris mon temps pour compléter le plus possible les jeux. Batman par exemple m’a occupé de juin jusqu’à la sortie de MGSV avec une complétude à +90 %. MGSV est toujours en cours, en mission 20 du scénario, mais à fond sur les missions annexes et le développement de la Mother Base. Quelque part cela me rappelle notre enfance ou nous devions, faute d’argent faire avec le même jeu sur une longue période.

Bon bref côté jeu, ça donne quoi ?

J’ai finalement peu joué sur PS4. En début d’année, je me suis refait le remaster de DMC (Devil May Cry), qui est toujours aussi bon. J’ai laissé the Order après 3 / 4 heures de jeu. Beau certes, mais pas accrocheur. Je ne suis pas sûr d’y revenir. Assassin’s Creed Unity, m’a complètement fait sortir de la licence, gavé de jouer au même jeu chaque année, sans que l’histoire ne se développe.

The Witcher 3 , m’a laissé complètement de marbre. Malgré tout l’aura qui entoure ce jeu, malgré les chaudes recommandations de Octo, je ne suis pas rentré dedans. Personnage pas attachant, univers certes beau, mais qui manque de magie pour moi. Je me suis pourtant accroché, mais après une dizaine d’heures de jeu, je n’ai plus trouvé l’envie. Et contrairement à beaucoup de monde, pour moi le jeu n’est pas exempt de défaut. Jouabilité bien rigide, combat merdique, frame rate pas toujours au top, clipping… bref ma déception de 2015, avec pourtant toute la bonne intention que j’avais de le finir.

Mention spéciale à DontNod et son fabuleux Life is Strange. Très intéressé par le travail des Frenchy de Dontnod, j’ai immédiatement été emballé à l’annonce de Life Is Strange. Jeu épisodique à histoire, j’ai de suite accroché au style visuel et à l’ambiance que dégageaient les trailers. L’essai de la démo m’a convaincu de soutenir le projet par le biais de l’achat démat du jeu alors que seul le premier épisode était disponible. Grand bien m’en a pris, car le titre est fabuleux. Je me suis pour le moment arrêter sur l’incroyable Cliffangher de l’épisode 3. Je m’étais juré de finir le jeu une fois les 5 épisodes disponibles… plus qu’à trouver le temps !

Et puis deux monuments sont arrivés : Batman Arkham Knight et le cultisme MGSV. Deux titres parfaits. Oui parfait : Batman est absolument grandiose, un scénario captivant, une finition aux petits oignons, des nouveautés bienvenues, et des trouvailles de mise en scène génialissime (hein quoi le Joker ? ). Pour résumer, « JE SUIS BATMAN »

Punaise on s’y croit.

Ma deuxième claque fut Metal Gear Solid V : Phantom Pain. Tout a été dit sur ce jeu. Généreux, gargantuesque, passionnant, le jeu d’infiltration ultime, mais pas que. Personnage ultra charismatique, scénario complexe, mais carrément passionnant. Et puis la patte de Kojima. Il boucle admirablement SA série. Je suis toujours en cours de jeu, mais je prends un pied comme jamais sur un jeu. L’infiltration avec classe. La recherche de l’infiltration parfaite. Tout a été pensé en amont. Ah tiens et si j’essayais çà … bingo ça marche. FANTASTIQUE. Punaise on s’y croit. On est Snake !!

Pour ma part, il représente ce que permet le jeu vidéo, à savoir dépasser enfin le cinéma. En terme de mise en scène, c’est incroyable le boulot accompli. Kojima on le sait, bouffe 3 films par jour, et cette influence se retrouve dans sa mise en scène. Beaucoup de réalisateurs auraient bien raison de s’inspirer de ce travail. Le JV apporte ici une lisibilité des scènes jamais vues au cinéma, du fait des contraintes techniques. Pour que ma pensée soit plus claire, faites l’intro du jeu.

Une heure kojima-esque en claque intersidérale, qui mélange mise en scène, plan-séquence intégral et gameplay au cœur de l’action. Chose impossible au cinéma, diantre j’en frissonne encore. Un conseil pour que cette expérience vidéoludique soit parfaite, faites le jeu soit sur un bon Home Cinéma, ou comme moi au casque audio, afin de profiter d’une immersion totale. Mon jeu de l’année, sans contestation possible, et dans mon top 3 ever. Oui messieurs ’dames !!

Du grandiose qui s’annonce ?

Pour 2016 , j’attends avec grande impatience des révélations sur la Nintendo NX. Je croise les doigts pour avoir une console de salon à jour techniquement vis-à-vis de la PS4 ou de la Xbox, afin que Nintendo puisse attirer enfin des éditeurs tiers. Et puis si j’avais un vœu à faire pour 2016, c’est que le nouveau Zelda soit basculé sur NX pour le lancement de cette console.


Enfin, côté séries TV, deux énormes coups de cœur : Sense 8, et Mr Robot. A voir d’urgence. Pour le ciné, par contre pas grand-chose pour ma part hormis le jouissif Mission Impossible, les chocs SICARIO et WHIPLASH et le rejet total de Star Wars, qui par son omniprésence médiatique m’a gavé avant même d’avoir vu le film. Disney n’aura pas ma tune pour voir ce film. Pas plus que les films Marvel qui sont de plus en plus anecdotiques à mes yeux.


Pour conclure, de la part de l’octoteam, bonne année 2016 et que le gaming soit avec vous !

Hujyo

Vieux sage de la bande, qui traîne derrière lui des années de pratique, il déteste quand le JV n'est qu’esbroufe graphique et se demande alors s'il n'est pas trop vieux pour ces conneries. Fan de Big N - assumé et revendiqué - il refuse le bullshit et veut du jeu, tout simplement.

2 commentaires
  1. lamyfritz
    3 Jan. 2016 à 14:17 -----> lui répondre

    Chouettes récaps que vous avez faits les gars… vraiment sympa. Punaise, Il faut que je m’y mette moi aussi… ! Question jeux, ça va être vite vu cependant…

  2. melkiok
    12 Fév. 2017 à 12:23 -----> lui répondre

    Superbe retro claire et complète qui revient aussi bien sur ton vécu de gamer avec ton best of que sur tes réflexions sur l’industrie en général
    Avec en bonus du Hors jeu toujours appréciable
    Belle cohérence d’ailleurs puisque tout ce que tu cites on le retrouve énoncé dans les podcast que tu tiens avec ton comparses octo 😉

Laisser un commentaire

494d035b68cd0054acb6662b8ff6d99fmmmmmmmmmmmmmmmm
%d blogueurs aiment cette page :