Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

Mon coup de cœur du moment

Il y a des jeux, qui vous passionnent dès les premières inclinaisons du stick. Des jeux qui vous scotchent à la manette et qui ne vous donnent aucune excuse pour ne pas la lâcher.

Trials Fusion est de ceux-là. Bien qu’ayant déjà pratiqué les anciens Trials, l’arrivée du nouveau jeu de Redlynx, s’accompagne de son lot de joie et de crise de nerfs (foutu record que je n’arrive pas à battre ! ). J’ai envie de dire que Trials sent bon le jeu d’antan. Loin de toute démarche artisticobranchée (t’as vu ma direction artistique qui déboite ! ), de claque graphique pompeuse ( et mon nombre de polygones, hein !!) , voire de scénario bien tordu qui veut que le jeu vidéo soit mature et reconnu, ce trials est du « pur jeu » à l’ancienne, de l’arcade à domicile. Car ne l’oublions pas, le jeu vidéo c’est aussi pour s’amuser. Et par les dieux du paddle, que je m’amuse avec Trials Fusion !

Trials Fusion où l’art de vous amuser avec un gameplay ultra simple.

C’est simple comme bonjour : on accélère avec R2, on freine avec L2. Pour le reste, on cherche l’équilibre avec le stick analogique, pas besoin de manuel ici. Même mon papy comprend immédiatement ce qu’il faut faire, et si vous n’êtes pas féru de sport mécanique (ce qui est mon cas ), vous allez vite adorer ce jeu.

Car là où Trials est mémorable, c’est dans son approche du score. Du « Retry » pour progresser, la recherche de la course parfaite. Bref, le challenge est progressif, mais la marge de progression est gigantesque. Le mode de jeu carrière vous propose son lot de pistes plus tordues les unes que les autres, et vous permet à travers divers entrainements de vous faire la main avec la physique du jeu. Mais une fois fini… ce n’est que le commencement.  Car ce qui fait la force du jeu c’est le scoring en ligne.

Vous voyez sur la droite le classement de vos amis ?

Tu vas voir ta gueule à la récrée

Cher ami qui habite loin de chez moi,  je peux plier tes minables records grâce à la magie du ranking en ligne désormais. Ce qui est encore plus jouissif, c’est que peu importe la piste, le ghost de vos amis est présent lors d’une course. Dieu que c’est bon !  Combien de fois j’ai hurlé devant ma télé :  « je t’ai ciré mec !! « ,  « Maintenant passe tes nuits à essayer de me battre  !! « . Tout cela me rappel l’époque béni des F-Zero et autres Mario Kart où on essayait de plier les records de ses potes, par le biais d’échange de cartouche ou lors de mercredis endiablés…

A cette époque, on était assis sur le même canapé, un BN dans la bouche et le paddle entre les mains ! Mais grâce à la magie du net, on peut se mesurer à ses potes tranquillou chez soit, facilité apportée par le online et parfait pour nos vies overbookées de jeune actifs/ parents.

Et oui, dans notre jeunesse on jouait comme cela

 

Et le plus vicieux, c’est qu’à chaque  début de partie, vous allez voir si vos potes ont battu vos records. Ce jeu de ping-pong à distance est juste hyper addictif. Bref, vous l’aurez compris, ce petit jeu du chat et de la souris, peut durer longtemps (enfin jusqu’à ce que vous faites la course parfaite).

Le but ultime est bien sûr de devenir n°1 mondial. Car oui, non content de se mesurer seulement à ses potes, on peut essayer de se mesurer aux meilleurs mondiaux. Et là, il y a du boulot : j’ai fait une course à la perfection, transpirant de tout mon corps, mon cœur battant à 200 pulsations/min.  Je me suis dit : tu es le champion du monde mec !!  Eh bien non …. je suis que 4693e mondial … Oh bordel !!

Yeeeessssssss ! je suis que … 4693e !

La « zone », une frontière numérique … (Tron Legacy)

Il existe un espace, connu des seuls hardcore gamers des jeux de courses, un espace où liberté et dépendance ne font qu’un, où le joueur fusionne avec son jeu : la zone. Dès cette étape atteinte, la manette en main s’oublie, le joueur est à la limite de la transe « vidéoludique ». À l’instar de F-Zero GX (qui reste l’ultime expérience dans ce domaine), Trials Fusion m’a procuré des sensations extrêmes. Toujours à repousser mes limites, à la recherche du geste parfait, j’ai atteint cet orgasme vidéoludique sur deux/ trois courses. Un sentiment grisant et jouissif.  Bien que je ne sois pas un dieu du pad,  j’avoue avoir ressenti une certaine puissance en pilant de deux ou trois secondes des records en place.

Il vous faudra mille passages pour trouver la meilleure façon de le passer sans perdre de précieux centièmes

 Ce qui procure ces sensations, c’est bien entendu le réglage aux petits oignons de la jouabilité. Comme je le disais plus haut, la physique du jeu est prodigieuse. RedLynx n’a pas vraiment changé la formule initiale, mais l’a juste optimisé pour en faire une jouabilité diabolique grâce à sa marge de progression. On ne cesse de chercher la meilleure façon de prendre telle ou telle bosse, d’obtenir le geste parfait qui vous fera gagner ces précieux centièmes de secondes qui bosses après bosses, vous fera plier le record de plusieurs secondes. Petite nouveauté toutefois pour cette version, le fait de pouvoir conduire un quad. Ceci apporte une autre jouabilité plus tournée sur la bonne gestion de l’atterrissage, afin de repartir le plus vif possible et atteindre le temps parfait.

Pour conclure, ce jeu ne paraît pas avoir de fin, et vous l’aurez compris, je vous encourage à vous laisser embarquer dans la « Trials-Fever ». A ce titre, si vous n’êtes pas un léthargique du pad et si vous êtes fier de vos records, faites-moi passer vos gamertag PS4, afin qu’on se mesure  … en toute amitié bien sûr ^^

une nouvelle jouabilité qui demande de ré-apprendre à gagner

Hujyo

Vieux sage de la bande, qui traîne derrière lui des années de pratique, il déteste quand le JV n'est qu’esbroufe graphique et se demande alors s'il n'est pas trop vieux pour ces conneries. Fan de Big N - assumé et revendiqué - il refuse le bullshit et veut du jeu, tout simplement.

1 commentaire
  1. melkiok
    20 Juil. 2015 à 22:55 -----> lui répondre

    Ahahah Excellent on ressent bien toute la rage de vaincre ses meilleurs potes au travers de cet article
    Le bonheur multijoueur et l’éructation suprême en dansant la polka devant sa TV pour pourrir ses amis je l’ai ressenti avec tellement de jeu
    Mais en jeu de « course » je dois dire que rien n’a pu égaler Micromachines V3 😉
    En tout cas je suis d’accord avec toi pour dire que Trials est une pure drogue (uniquement fait l’opus 1 sur X360)
    Et je pense que si tôt ma PS4 installé dans mon salon échange de Gamer Tag il y aura ^^

Laisser un commentaire

3698164dd34906e617d72002a44e62aebbbbb
%d blogueurs aiment cette page :