Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

C’est la mode aux anniversaires. Alors que nous vieillissons (en bien ou en mal, chacun sa lifestyle), notre GamerStory connaît le même phénomène. En corrélation avec notre âge, on se rend compte que notre média préféré prend lui aussi un coup de vieux. Je crois pouvoir dire que j’étais là au commencement. Et si comme nous, vous avez vécu cette formidable époque, que ce cher Octo décrit tellement mieux que moi, vous savez donc, ladies and Gentlemen, que cette époque (qui date) n’a rien perdu de sa superbe dans nos mémoires (encore fonctionnelle quand même !).

Alors oui nous prenons plaisir à fêter les anniversaires (avec un petit pincement au coeur) des Mario, Zelda, Metroid, de la Nes, de la SNES, de la Megadrive …. et voici le tour de la belle GAME BOY … (oui moi je dis LA et j’ai toujours dit « LA », point final… là).

Pour être honnête, ce n’est pas moi qui ai demandé à Papa Noël la fameuse Game Boy, bien trop occupé à être Sega-fan. Mais c’est ma petite soeur qui a fait entrer la Game Boy dans la famille (et oui Nintendo était déjà sur le créneau porteur de la famille).

Game Boy : avec un tel nom, les filles avaient tout compris avant nous

Enfant, j’avais ce besoin de partager ma nouvelle passion. Je cherchais par tous les moyens à faire jouer mes proches sur la Master System, la Megadrive ou plus tard la Super Nintendo.

Mon rêve de l’époque

 Mais j’ai failli dans ma mission. Si bien qu’aujourd’hui, je suis un joueur solitaire. Car je n’ai pas su convaincre mes proches de m’accompagner en jouant. Alors que je m’épuisais à trouver des arguments pour faire jouer mes proches, ma petite sœur y est arrivée les doigts dans le nez. Merci la Game Boy. Bien que j’étais complètement indifférent à la Game Boy, ma petite sœur avait flairé la hype, et a demandé pour son anniversaire le fameux précieux. J’avoue ne pas m’être rendu compte à l’époque du hype qui entourait (déjà) la console portable de Nintendo.

Gunpeï, tu peux être fier de ce coup de maître.

Je voyais de plus en plus de proches non-joueurs, faire l’acquisition de la Game Boy. Je regardais cela avec mépris et tristesse. Eux n’étaient pas de vrai joueur : « Ils n’ont rien compris!! Mais pourquoi sont-ils tous sous le charme de ce bloc monochrome avec ses graphismes si laids ? »  Bref eux, ils n’ont rien compris  …. et pourtant, ils avaient en fait tout compris.

Pour revenir à nos moutons, une fois rentrée dans la famille, je me souviens que la Game Boy faisait l’objet de toutes les convoitises. Ma sœur ne la lâchait plus, essayant de faire péter son record à Tetris. Lors des repas de famille, je voyais ma sœur et mes cousins jouer à plusieurs. Je me souviens même que nos parents se battaient pour savoir qui avait fait le plus de ligne sur le « jouet du gamin ».

Étaient-ils tous pris d’un virus qui ne m’atteignait pas ?

J’étais dégoûté que mes proches rentrent dans le merveilleux monde des jeux vidéo en jouant à cette Game Boy, et s’obstinaient à ne pas jouer aux « vraies » consoles. Je me refusais à y mettre la main dessus, je la snobais …  j’étais rebelle, comme tout bon Sega Fanboy. Et puis j’ai finalement succombé au charme de la Game Boy.  Comment ? Lors de vacances au bord de l’océan. Je me souviens que les soirs au camping, nous faisions des concours jusqu’à la nuit tombée sur le plus addictif des jeux : Tetris.

Vous vous rappelez ?

Je pense à ces merveilleux moments passés en famille, où nous essayions chacun notre tour de battre le record de l’autre, bref ces moments qui m’ont fait adorer cette console, je m’en souviens comme si c’était hier !

J’ai mis longtemps à t’aimer

je regrette de ne pas t’avoir aimé plus tôt

Mais après cela, je retiens surtout les fabuleux jeux que j’ai pu découvrir avec cette console. En effet, le succès de la machine permettait d’échanger de nombreux jeux avec ses amis, bref une vraie démocratisation du jeu vidéo. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque le prêt de jeu était le parfait moyen de jouer le plus sans se ruiner. J’ai adoré Super MarioLand 1 et 2, le fabuleux Zelda : Link’s Awakening, le Batman, Q-bert un jeu de réflexion que j’avais acquise pour que dalle !!

On ne va pas le présenter…

... ni celui-là !

Q-Bert : à mettre dans la catégorie R[étron] ?

 Je le comprends maintenant, et je regrette de ne pas t’avoir aimé plus tôt. Tu as été un vrai phénomène petite Game Boy. Tout le monde ne parlait que de toi (comme l’iPhone aujourd’hui). Et ils avaient raison. D’ailleurs, par la suite je n’ai jamais raté un lancement de portable Nintendo.

Tiens d’ailleurs ce serait bien de faire un petit post Listing de notre collection de Gameboy …

YES SIR ! En route chez Octopaddaone : sa collect’ Game Boy.

Hujyo

Vieux sage de la bande, qui traîne derrière lui des années de pratique, il déteste quand le JV n'est qu’esbroufe graphique et se demande alors s'il n'est pas trop vieux pour ces conneries. Fan de Big N - assumé et revendiqué - il refuse le bullshit et veut du jeu, tout simplement.

Laisser un commentaire

5269c90c027ad3a4a91dc9d06d699bc6uuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
%d blogueurs aiment cette page :