Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

Sortie prévue le 22 octobre et comptant parmi mes jeux de fin d’année – préco’ faite le 15 octobre – Batman Arkham origins a débarqué dans ma petite boite à lettres ce 24 octobre. Outre la mise à jour récurrente à faire dès que le jeu détecte une connexion internet et surtout les 12 mns d’installation (punaise quelle plaie sur cette génération, on a l’impression de revenir sur un Amstrad .. bon, on est quand même loin des 50 mns d’install’), voici mon ressenti sur ce jeu attendu, mais attention avec de gros zestes d’amertumes… .

Ha Batman, comment faire l’impasse sur ce super héros ? Toutefois, je tiens à préciser que je ne peux rivaliser avec mon ami @Huyjo dont je soupçonne le soir d’enfiler son collant velcro et foncer le matin dans sa BatHonda à travers les grandes rues d’une illustre métropole française pour se rendre à son Batjob. Boutade à part, cette série ne peut bien entendu laisser indifférent tout trentenaire en 2013.

Sponsorisés par Velcro et Durex, « batmaaaaaaan et robiiiiin, nanananan » (générique 1960 inside)

En effet, baignés dans notre prime jeunesse par une série antique (ha Batman et son compère Robin en collant moulant dans les années 60) et surtout les films (dont celui de l’illustre Tim Burton qui m’a marqué avec le premier opus reçu un matin de noël en cassette VHS), on peut dire que l’on a batbecqué du produit dérivé dont les jeux vidéos ne furent pas en reste. Si l’excellent Batman sur Nes ou gameboy m’ont marqué comme Huyjo, je pense aussi à celui de Super Nes (redécouvert récemment en 60 hz) ou sur Megadrive, petites perles vidéoludiques qui m’ont fait bien user des paddles.

Revenons à notre chauve-souris de 2013 mais en faisant un rapide rappel du renouveau de la série dont est tiré ce Batman origins. Très fortement inspiré des DC comics (le scénariste de Batman : Arkham Asylum Paul Dini est aussi l’auteur de comics), la pâte graphique du support BD s’en ressent dès les premières minutes : si Batman a un univers très métrosexuel, à la fois sombre, violent,  le jeu le met en valeurs, bien plus que sur les versions antérieures d’anciennes consoles. D’ailleurs la claque est immédiate dès le lancement du premier jeu en 2009 prenant part dans l’asile d’Arkham, un lieu à la fois confiné, mais immense par le nombre d’activités à faire (les devinettes d’Enigma, l’histoire de l’asile, la quête principale et les secondaires…).

Batman : Arkham Asylum (2009) : Tu le sens mon 45 fillette ?

Les combats sont violents, pêchus, les combos jouissifs, la vision détective génialissime et sa suite Batman : Arkham City n’en est pas moins meilleure. Désormais, l’immense ville d’Arkham se découvre sous nos mirettes émerveillées et, on peut le dire, oui môssieur, le jeu est le digne héritier du premier opus par l’amélioration du gameplay (nouveau combat, amélioration de la jouabilité, nouveaux gadgets …) et une histoire plus rondement menée, avec un cliffhanger final qui a fait hurler bien des fans de Batman et du Joker. Plein d’espoirs furent donc mis dans le futur Batman de l’an 2013, mais avec une modif’ de taille : Rocksteady Studio a perdu la main sur son bébé, car ce dernier est confié à la branche de Montréal de la Warner Bros son nouveau patron, et là … aie, j’ai mal.

Batman : Arkham City (2011)

Ben alors ce nouveau Batou ?

Bien ma p’tite dame, on se dit qu’avec un background bien installé, un gameplay bien ficelé, les nouveaux développeurs peuvent désormais ouvrir encore davantage le monde de Batou, explorer autre chose et nous faire vivre une histoire plus profonde … et bien NON. Warner Bros qui détient la licence a bien cadré les limites aux développeurs « vous avez les outils entre les mains, pourquoi ne pas les réutiliser sans changer d’un iota ? Nos actionnaires veulent du cash rapide et sans risque » …. et cette sensation colle au jeu dès les premières minutes : que cela soit au niveau des décors (quoi encore la ville d’Arkham ???), des actions, des combats … certes l’embellissement graphique, des effets sont notoires, mais cela demeure un bon coup de Ripolin et hop c’est reparti. Sans parler que parfois certains bugs sont assez énervants : en 5 ans de PS3 j’ai rarement vu ma console ramée, avec ce jeu : si ! Obligé de redémarrer le jeu … punaise les boules. De même l’histoire est plate, sans surprise (après 8 h de jeu actuellement) – ha si apparaît un énigmatique clown hmhmhm – et ne permet pas une immersion importante du joueur, ce qui est très regrettable. Je pourrais également citer l’introduction terne des badguys à la recherche de Batman, même celle d’un Deathstrok est décevante (« coucou c’est moi, prépare-toi à mourir et fight »), on est loin du premier combat contre Killer Croc dans les 2 précédents opus (punaise quelle flippe dans les égouts en 2009, Batman devenant une proie probable, alors qu’en 2013, les designers se sont pas foulés …)

Killer Croc en 2009, flippe garantie

Killer Croc en 2013, .. frisson à la hauteur d’un sac en croco sur patte …

Bref une profondeur de jeu de la taille d’un papier lotus… seconde déception. Dans ce cas-là, on peut aussi citer une difficulté avec des pics sans raison, on passe d’un boss enfantin (l’électrocuteur) à coriace, voire limite légendaire (Deathstrok). Je pense que ce jeu peut s’adresser à quelqu’un qui n’aurait pas fait les 2 précédents jeux (tiens sa sortie sur Wii U est valable dans ce cas pour un nouveau gamer), pour les autres joueurs, déceptions à l’horizon, car on a l’impression qu’il manque quelques choses pour nous faire décoller, adhérer et partir dans sa batcave pour s’y plonger durant des heures … bref, que nos 48 euros méritaient autres choses qu’un surgelé réchauffé sans cœur.

Mon avis de Batdéçu ?

octo coulocto coulocto noir2octo noir2octo noir2

octopaddaone

Tombé dans le JV dès son plus jeune âge et ayant passé toutes les étapes du gamer historique (de Pong à ...), les chemins de la vie l'ont mené sur bien des pistes et différentes expériences, à l'image d'un poulpe et ses nombreux tentacules (forcément pourpres). Ayant obtenu le trophée "papagamer", désormais son rêve de gosse prend forme : écrire des énormités, déchaîner ses passions et regretter... le manque de donjon dans le dernier Zelda.

3 commentaires
  1. RonflX
    1 Nov. 2013 à 09:11 -----> lui répondre

    C’est tout pour la note? Bon ben il va finir acheté sur Steam comme les 2 autres à -5€. Dommage de finir une trilogie sur un jeu moyen.

    1. octopaddaone
      1 Nov. 2013 à 10:01 -----> lui répondre

      Franchement, je suis peut-être un peu sévère, mais cela est à la hauteur de la déception ressentie : punaise y’a rien de neuf, que du réchauffé ! Attention ce n’est pas un mauvais jeu, mais après les 2 autres épisodes, cela sent la rerereredite…. bien triste !

  2. octopaddaone
    1 Nov. 2013 à 19:01 -----> lui répondre

    Mise a jour : le jeu est en vente ! Une maniabilité qui a eu raison de ma patience … 🙁

Laisser un commentaire

23726b311708b7dca4d431ecb1dbf7a7dddddddddddddddddddddddd
%d blogueurs aiment cette page :