Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[#07] jeux et histoire, une histoire de jeu de guerre trop sélective

Le dernier jeu d’Ubi Montpellier (Soldats inconnus : Mémoires de la Grande Guerre) s’aventure sur un terrain peu connu, celui de la Première Guerre mondiale, première grande boucherie du XXe siècle. Ce studio, ô combien prolifique et talentueux, s’essaie par le biais d’un point & click à un genre historique souvent utilisé dans les jeux vidéos, mais dont ce thème est quand même le parent pauvre : la Première Guerre mondiale. L’anniversaire du centenaire de son début n’est pas anodin pour sa sortie en 2014 sur divers supports (consoles de salon, et j’espère en raison de son aspect démat’, sur portable Vita ?), et on peut saluer une initiative à la fois ludique et mémorielle (comme d’ailleurs l’indique son sous-titre : Mémoires de la Grande Guerre).

En regardant la bande-annonce du jeu, on ressent vite la volonté de montrer l’aspect cru de cette guerre, et cela me donne à pense que le thème de la Première Guerre mondiale fut peu usité depuis la création de notre média. Si l’on peut penser à un Wing ou à un Red Baron en 1990 (2 simulations aériennes sur Amiga), peu d’autres titres ont suivi (ici une liste d’une dizaine de titres loin d’être exhaustive, mais proche de la réalité d’après moi sur wiki).

On peut se demander pourquoi ce thème fut donc si peu utilisé, malgré son incroyable richesse et les multiples gameplays qui pouvaient en découler (stratégie, bataille navale, aérienne, gestion…) ? En écartant les autres périodes historiques passées plus riches en jeux (de l’antiquité au Moyen-âge en passant par l’époque moderne), qui sont des thèmes usés et usités du jeu vidéo que cela soit les jeux de stratégies, RPG et autres action-aventures, la Première guerre semble rangée dans les oubliettes de l’histoire numérique… En effet, si l’on compare à sa puînée de 25 ans (1939-1945), la Première est bien moins populaire que la Seconde Guerre mondiale. Je ne vous ferai pas l’insulte de sortir TOUS les titres portant de près ou de loin sur le conflit de 1939-1945 (de Wolfenstein – oui de très loin ici – aux Call Of et autres STR  pullulant sur PC), mais ce conflit captive davantage que d’autres … la faute à une guerre qui a marqué davantage les esprits par sa brutalité, sa triste modernité et l’immensité du champ de bataille ? Sans doute… sans parler de son aspect idéologique prononcé et de la barbarie atteinte en terme de victimes et de destructions (si le premier conflit se défend avec un bon 10 millions, le second explose le high score précédent en atteignant plus de 60 millions de victimes !).

Ainsi, les studios de développement ont misé sur un conflit plus populaire, en cela aidés par le cinéma qui a puisé dans la Deuxième guerre mondiale de nombreux films qui outre son thème porteur permettait également de mettre en avant certains pays, dont les États-Unis au premier chef, ou construire des mythologies nationales, comme la Résistance en France effaçant à profit les zones d’ombres comme la collaboration d’état du Régime de Vichy avec l’Allemagne nazie.

film français de René Clément (1945)

Un film de Andrew MARTON et Ken ANNAKIN (1962)

Mais si la Première Guerre mondiale paraît absente des mémoires, le thème semble retrouver depuis peu une seconde jeunesse en France. Ayant été à Verdun l’année dernière pour assister à un salon du livre d’histoire, le thème passionne un lectorat pas forcément âgé et touche de plus jeunes générations – sans parler de villes (comme Verdun) de nos jours TOUJOURS marquées par ce conflit … cent ans après. Pourtant la portée majeure de ce conflit, étudiée en classe de 3e, peut se comprendre à la fois comme la genèse de celui d’après et aboutissement des possibilités meurtrières de la révolution industrielle passée : le recours à la puissance des machines pour annihiler des populations, que cela soit par la puissance de feu ou le recours à des armes nouvelles (gaz, tiens comme c’est actuel, aviation, tank…). Je reste intiment convaincu que la brutalité des totalitarismes qui naissent à la suite de ce conflit, que cela soit le stalinisme, le fascisme ou le nazisme, trouvent leurs fondations dans la fureur des combats et les blessures de ce conflit fondateur de notre dur XXe siècle.

On peut donc espérer que l’année 2014, soit celle de licences qui plongent dans ce cet univers passionnant qui disparaît peu à peu des mémoires, car outre son caractère guerrier, ce premier conflit doit demeurer l’exemple de ce que peuvent faire les hommes, et par la même devenir un témoin utile pour les générations futures.

octopaddaone

Tombé dans le JV dès son plus jeune âge et ayant passé toutes les étapes du gamer historique (de Pong à ...), les chemins de la vie l'ont mené sur bien des pistes et différentes expériences, à l'image d'un poulpe et ses nombreux tentacules (forcément pourpres). Ayant obtenu le trophée "papagamer", désormais son rêve de gosse prend forme : écrire des énormités, déchaîner ses passions et regretter... le manque de donjon dans le dernier Zelda.

3 commentaires
  1. ronflx
    13 Sep. 2013 à 16:48 -----> lui répondre

    Ils ont un bon sujet. J’espère que ça ne sera pas gnangnan leur jeu.
    PS : bien ta description twitter 🙂 « Couler son CCP en jv… », tellement vrai.

    1. octopaddaone
      13 Sep. 2013 à 20:39 -----> lui répondre

      Ce jeu, je pense sera larmoyant, allez spoil alerte l’infirmière meurt à la fin 😉 Ha pov’ consommateurs que nous sommes surtout face au rétro ! Ce qui saoulant, je pense que tu seras d’accord, c’est l’inflation qu’à pris notre passion … Je suis dingue, quand je vois le prix en loose d’un megaman X à regretter une dollorean pour faire le plein en 1997 kd la snes disparaissait ….

  2. RonflX
    15 Sep. 2013 à 17:27 -----> lui répondre

    J’y pense aussi à revenir dans le passé pour acheter des jeux, voir en plusieurs exemplaires pour me faire un peu de tune loul ^^
    Pour Megaman X, tu as la version Megaman X Collection à 60€ sur Amazon, c’est pas mal dans une collection aussi 😉

Laisser un commentaire

43eb59c26a63450355f6988035f00ecf\\\\\\\\\\\\
%d blogueurs aiment cette page :