Nos podcasts

Octo’FM

Twittos

[#2] L’amnésie du Joueur

Ma mémoire me joue-t-elle des tours ?

En rédigeant mon post sur le Batman Nes, je me suis surpris à avoir autant d’images et de souvenirs qui me revenaient de ce jeu. Chaque niveau, chaque musique ou chaque cinématique du jeu était intact dans ma mémoire. Et puis vint l’idée de vous parler des autres jeux Batman et notamment de la jeune série Arkham de Rocksteady.

Je m’installe devant mon clavier. Je ressors la boite de Batman Arkham Asylum. Horreur !!  Rien ne vient. Je me rends compte que je ne me souviens plus du scénario, ni de l’intro du jeu.  Le menu du jeu ? Non plus. Les musiques… Ben, non !  une scène marquante  ? Pas mieux.  Ah si, je me souviens d’un truc : le boss final. Est-ce là, le seul souvenir que j’ai de ce jeu ?

Mais bon sens, suis-je déjà si vieux ? j’ai fait ce jeu il y a quoi… 3 ans ! Je m’interroge alors. Ce jeu est une bombe, tout le monde le dit. Je me souviens bien avoir pris une claque magistrale en jouant, moi grand fan de Batman. Ouaip… J’ai sûrement surestimé la qualité de ce jeu. Mais grand dieu, dans mon souvenir, ce jeu était l’un de mes coups de cœur de cette génération. Mais je doute. Je regarde sur mon étagère la boite du coffret collector de Castlevania : Lords of Shadow. Ce qui me vient immédiatement à l’esprit : Ah, mais quel jeu .. Et puis j’essaye de me rappeler les moments ou j’ai bien tripé.  Mais quoi, mon processeur est endommagé ou quoi ?Je ne me souviens pas d’une scène marquante … Ah si, un peu la scène d’intro, et oui, mais bien sûr,  la fin, cette incroyable fin. Oui, mais au milieu, il y avait quoi déjà ?

Je sais, la trentaine a des répercussions irréversibles. Je sais que la vie quotidienne et ses tracas occupent beaucoup de place dans ma tête. Mais comment se fait-il que je ne me souvienne pas plus que çà des jeux cultes auxquels j’ai joué ? Car oui quand je les ai finis, ces jeux étaient pour moi des merveilles. Et là drame, je pousse le vice à m’interroger sur les jeux de ma collection.

 

Mass effect ? Quelques bribes par-ci par-là (la citadelle et le vaisseau )

Uncharted ?  Scénarios ?? ….Me rappelle juste la scène de l’avion du 3 et celle du bateau.

Little big planet ? Je me souviens avoir eu le sourire en y jouant.

Assassin’s creed ? Je me souviens des balades à cheval du premier épisode , mais pour le reste…

Non, mais que se passe-t-il ?

Pourtant, je suis un joueur qui aime prendre son temps.  Je m’arrête souvent en pleine partie pour admirer le travail des développeurs. Je fais un 360 ° avec la caméra, passe et repasse devant le paysage afin d’admirer la beauté et l’univers de ce jeu. Alors comment se fait-il qu’avec toute l’implication que je mets pour m’imprégner de l’univers d’un jeu, je ne garde pas plus de souvenirs ? J’échafaude mille théories dans ma tête, et j’en arrive à la triste conclusion que j’ai beaucoup plus de souvenirs de mes dossiers compliqués au travail, que de mes loisirs.

J’élargis le spectre de ma réflexion….

  • De quel album de musique je me souviens ? le dernier Sigur Ros, mais tout le reste est rentré dans mon oreille gauche pour ressortir par la droite.
  • Et pour les livres ? Oula ben là c’est la Cata.
  • Et les films..Ah c’est un peu mieux, je me souviens de tout, du dernier Batman de Nolan, du dernier comme de l’avant-dernier Tom Cruise.

Moi qui bouffais une tonne de films avant, notamment grâce à la carte UGC Illimité. J’ai  perdu beaucoup de temps à regarder des navets sans nom parce que c’était GRATUIT !! mais un jour j’ai eu un déclic. La bouse de trop a eu raison de ma boulimie cinématographique (Transformers 2 , oui je sais…). J’ai pris plus de soin à sélectionner les films que je voulais voir. Je ne vous apprends rien en vous disant que le cinéma est devenu un loisir de bourgeois. Non je ne suis pas une pince Mesdames et Messieurs.

Trop de jeu tue le jeu….

Mais perdre du temps m’agace. Tout comme me faire avoir dans un resto m’agace. Du coup, depuis que je suis plus exigeant dans mes choix de spectateur (pour reprendre la pub de canalsat), j’avoue reprendre plus de plaisir à voir des films, et surtout je m’en souviens comme si c’était hier. Trop de jeu tue le jeu. Je l’ai déjà entendu, sans vouloir y croire. Mais après tout pourquoi pas. Je l’avoue je suis un consommateur/ zappeur de jeu : si je n’ai pas le temps d’en finir un, que j’en achète déjà un autre. Car mes moyens me le permettent. Je rush alors le jeu en cours, afin de me mettre rapidement au jeu que je viens de m’offrir. J’ai même souvent deux ou trois jeux de retard sur mes achats.

Sympa la collection, mais là, il y a du boulot pour tout finir !

Rappelons-nous notre jeunesse. Nous avions la possibilité de n’avoir que deux jeux par an. (Noël et anniversaire). On brossait nos jeux dans tous les sens. Mais oui c’est un fait, je me souviens plus des jeux de ma jeunesse que ceux auxquels je joue aujourd’hui. Je me rappelle de chaque centimètre carré de la carte de Zelda : A Link To The Past.

Je vais acheter moins de jeux

Non, ma mémoire ne me joue pas des tours. Ouf !! Je suis trop impatient. Je rush les jeux sans prendre plus de plaisir. Juste parce que je veux jouer à tous les jeux. Mais ma vie actuelle, trop speed ne me permet pas de le faire. Les journées sont trop courtes. J’ai pris une grande décision : je vais acheter moins de jeux. Je vais prendre mon temps. Preuve de cette prise de conscience : j’ai fini Metal Gear Rising deux fois. Et je vais me le refaire. Je me souviens de chaque passage du jeu, de chaque boss et même du scénario. J’espace plus mes sessions de jeu, je me frustre afin d’avoir envie de jouer.  Jouer pour enquiller les jeux et les épingler sur mon tableau de chasse ne m’intéresse plus. Actuellement, je (re)prends un pied de malade sur Devil May Cry (mais quel grand jeu ! ). Je dois tirer un trait sur une pratique qui donne lieu à une succession de brides de souvenirs insipides et sans lendemain, afin que le plaisir revienne.

Le jeu qui me redonne envie

Stop à cette quantité sans saveurs, ni souvenirs.  Mais je dis, OUI à la joie manette en main et au partage d’expérience et de ressenti….  comme à la grande époque.

Hujyo

Vieux sage de la bande, qui traîne derrière lui des années de pratique, il déteste quand le JV n'est qu’esbroufe graphique et se demande alors s'il n'est pas trop vieux pour ces conneries. Fan de Big N - assumé et revendiqué - il refuse le bullshit et veut du jeu, tout simplement.

2 commentaires
  1. octopaddaone
    21 Avr. 2013 à 09:42 -----> lui répondre

    Très bon article, car tout à fait d’accord avec toi, j’ai eu la même overdose lors de mes séjours à l’étranger, quand les jeux étaient ultra-abordables dans certaines contrées…. à quoi bon avoir + de 70 jeux si l’on ne joue même pas à 4 ou 5 % du lot (sans parler d’une consommation jeu « installé/ jeté en moins de 5 mns … sans s’imprégner du jeu). Perso, je me suis calmé aussi, pour te dire j’attends de finir ceux que j’ai actuellement pour me prendre un petit Tomb Raider prochainement. J’essaie d’éviter les Day one (mise à part des exceptions : Zelda 3 reboot, Mickey castle of illusion …) pas facile !

  2. lamyfritz
    25 Nov. 2014 à 22:45 -----> lui répondre

    Oui, dur dur de trouver le temps de « brosser un jeu de fond en comble » – belle expression – et puis les jeux ont changé, ils sont moins exigeants en terme d’investissement personnel du joueur, répondant en celà à une demande : la difficulté est étayée voire supprimée, un peu comme au Baccalauréat. Bref, tout le monde arrive au bout et le jeu vidéo devient un film comme un autre.

Laisser un commentaire

0b6b65e4552b18f32bce5a8f6c16df63}}}}}}}}}}}}}
%d blogueurs aiment cette page :